Soliloque?

Tu parles, tu parles, tu parles! C’est toujours comme ça, depuis que tu m’as alpagué.
Moi, je plaignais ta misère. Alors je t’ai écouté.
Le temps, ton voisin, les affaires… Il n’y a pas moyen de t’arrêter.

Si je te réponds bonnement que ce qui tu me dis m’indiffère, tu le prendras comment?

Mal, évidemment. Tu vas peut-être te sentir bousculé. Te retrouver face à ton néant. Penser que je ne te sers à rien. Dire qu’avec moi, on ne peut pas parler. Iras tu jusqu’à: « Je ne te voyais pas comme ça. T’es qu’un con, de toute façon! »

A vouloir être sincère pour enfin discuter, j’aurais mieux fait de me taire et regarder à côté. Ou, « Excuses-moi, mais je dois y aller. » Te quitter en sentant dans mon dos, ton regard frustré.

Ce que tu recherches, ce n’est pas moi qui l’ai!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *