L’épouse cannibale!



Si, aujourd’hui, je t’écoute,
Après tant et tant d’années,
Il se peut que ta choucroute
Ait fini par m’épuiser.

Il fallait, coût que coûte,
Bien nous entre-sociéter.
Éviter que l’on s’encroûte,
Bien après s’être mariés.

Si j’abandonne mes doutes,
Dans ta toile d’araignée,
C’est que ton pâté en croûte
Est trop lourd à digérer.

Il fallait, coûte que coûte,
T’empêcher de m’enfermer.
Car j’ai compris, tu t’en doutes,
Que tu voulais me bouffer!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.