Sur tes pattes d’échassier!


T’es pas rentré dans l’eau que tu commences à couiner.
Les frangins, qui t’arrosent, t’appellent poule-mouillée.
Au bout de vingt minutes, tes vœux sont bien clarifiés :
Pendant que vous vous noyez, moi, je reste à échasser.

La grâce vient te visiter et tu t’emmêles dans tes pieds.
Et tu te fais le grand plongeon, dans cette eau sinistrée.
Tu te remues dans l’eau, en apnée, tu reviens t’échouer.
Tu restes assis, le cul dans l’eau, tu t’amuses à bronzer.

C’était hier ou bien le printemps dernier. Là, c’est en été.
Ce matin, à la fraîche, on y est retournés. Tu t’es baigné.
Moi, je la trouvais un peu froide, alors j’ai un peu hésité.
Tu m’as dit: « Elle est bonne, tu devrais aller te tremper! »

Les jolis baptêmes que les gamins se font par eux-mêmes!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.