Attendre l’an passé!



Un servile cerveau,
Au service des forbans.
Voyez comme il est beau,
Notre fils de Satan!

Toi, l’enfant du Malin,
Voilà ta conspirée :
Bien te laver les mains,
Pour bien lécher des pieds.

C’est un roi du micro,
Aux yeux exorbitants.
Ce n’est qu’un numéro
Qui joue à faire semblant.

Toi, le fils de potin,
Voilà ta destinée :
Revenir l’an prochain,
Attendre l’an passé!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.