M comme Médiocre!

Médiocre: Qui est au-dessous de la moyenne, insuffisant.

Elle me dit qu’elle est médiocre. Oulah!

« Ses aînés, ses professeurs le lui ont dit. Ils ont bien raison! »

De petits « Tu es médiocre » ont fait place à un grand « Je suis médiocre! ». La vie le lui confirmera: elle ne vaut rien… Dans son miroir intime, quel visage voit elle?

Médiocre par défaut plutôt.

Qu’entendre? Que lui dire?

Comment contrebalancer tout ça? Il est tard. Elle a vieilli. C’est ancré. Elle se définit comme ça.

Le regard des autres fait de nous, sur nous mêmes, les pires juges. Images par trop écornées, pantins!

Et vivre dans tout ça?

Facebooktwitter

Les deux gamins d’à côté…

D’abord Kilian.

L’enfant s’assoit par terre, sur le balcon. Le chat de la maison, le chien viennent à lui. Chacun bientôt couché à son côté. Il a les bras étendus. Il les caresse! Voilà qu’ils s’endorment, en confiance, apaisés pour le moins.

C’est quoi sa magie? C’est qui celui-là? J’ai beau m’y connaître, je reste sur le cul!

Très intelligent. Attachant!

Il me raconte une histoire.

On a eu pas mal de moments. De grandes palabres! Je lui parle comme à un grand, avec des mots à sa taille évidemment.

— « Il faut écouter les adultes. »

— « Oui, mais il faut écouter les enfants aussi! »

Il n’a que huit ans. C’est tout un poème!

Il a de ces « Bonjour, comment tu vas? Moi, cet après-midi, je vais… » Prolixe et verbé. Un trésor aux yeux de ceux qui se le cognent!

Son frère, Joris.

Quatorze ans, il s’éveille.

C’est lui, la première personne qui a validé mon jardin sauvage . Clairement admiratif! « On dirait la campagne, chez toi. » Merci, Joris.

Il m’ a apporté des bestioles pour mon bassin.

Intelligent, lui aussi. Le menton fendu! Probablement un être doux.

Il veille jalousement sur son frère. Même s’il a parfois envie de l’étrangler ou de lui faire une crasse.

Le premier couplet de la chanson de vie de leur mère!

Longue et belle vie à eux deux!

Facebooktwitter

Caractère ou « Dire qu’il est là, Fernand! »

Je croise souvent Fernand sur mon passage. En vadrouille! Des fois, il s’arrête au bar, chez Judith et Mickaël, en début de mois. Chemisette éternelle, de vieilles dents. Mais un sourire à décorner les boeufs!

On boit un coup et on parle ensemble parfois. Un vieux de la vieille. Toujours du sang!

C’est lui qui va m’apprendre à marcotter mes arbres, cet automne!

Facebooktwitter

Cricri! Où est ta voix?

Jamais Jiminy Cricket empoisonnante!

En voyage ou en rade, mais quand même à l’écoute. Ouverte au monde encore. En appel!

Plutôt tranquille, agréable à vivre, pas envahissante.

Une jolie musique au fond d’elle!

Coeur de Mère et Petite Fille.

Facebooktwitter

Brèves de comptoir!

A Bernard, à Thierry!

Bernard! Je m’arrêtais chez toi avant d’aller au boulot. Compagnon sur ma route un moment, je t’ai recroisé dans un bar. Tu discutais avec Renaud. T’étais poète quand t’avais quatre grammes! Tu savais aboyer quand c’était l’heure. Pas solitaire mais vagabond, amoureux des gens et des étoiles!

Thierry! T’étais jeune, t’étais tranquille. Tu m’avais aidé à trouver un toit. Tu n’attendais rien en retour. Toi aussi, la tisane! T’auras essayé. Mais peut-être que t’es encore là. Fais moi signe!

Facebooktwitter