Conte à dormir debout! (suite)

— Alors, ça s’est arrangé, tes histoires de lutins?
— Bin, non! Je dois tout ranger, sinon il me vole tout .
— Qu’est-ce qu’en disent tes parents?
— Ils disent que je n’ai qu’à ranger mes affaires!

Un mal pour un bien, on dirait!

— Bon, je vais réfléchir à un moyen de t’en débarrasser. Je ne sais même pas si on peut, d’ailleurs. Tu devrais continuer à bien ranger d’ici là. Cela risque d’être long!

— Même que! Même que quand on va faire dodo ailleurs, il vient aussi!

— C’est normal qu’il te suive partout. Des fois qu’il y aurait des jouets à découvrir!
Un lutin, c’est comme un enfant. Il ne partage pas ses jouets. Mais il prend facilement ceux des autres.
Un lutin, c’est un nain de poche. C’est magique et ça peut entrer partout, se cacher partout!
Un lutin, ce n’est pas idiot. Il sait ce que sont une porte, une poignée, une clef. Là, il doit être dans la poche de ton père. Vous partez. Alors lui, il suit les clefs!

Si tu ne veux pas l’emmener, on peut s’en occuper. C’est facile.
Tu attaches un de tes jouets au pied de ton lit, avec une corde bien serrée. Le lutin va regarder la corde, le jouet, le jouet, la corde.
Il est impressionné. Il se dit que le jouet est sûrement plus important qu’il ne le pensait. Il va rester là, à le regarder. Il oubliera totalement votre départ.

— « Papa! On a de la corde? »

Avec Papa!

— « Dis, mon bonhomme, on va y aller. Va chercher tes affaires! »

— « J’peux pas, j’peux pas. Je ne peux pas parce-que c’est le lutin qui les a volées. » Il rit!

— « Pas avec moi, mon p’tit gars! De Un, je connais l’histoire. De deux, le lutin ne vole que les jouets. Tout le monde le sait. De trois, file chercher tes affaires. On s’en va!
Va chercher tes affaires. Sois tranquille. Ton camion de pompiers, je l’ai déjà attaché. On peut y aller. »

Facebooktwitter

Avec, Avec! ( On déclenche les hostilités.)

Casquette, casquette!
Avec, le soleil peut bien taper.

Lunettes, lunettes!
Avec, je peux tout regarder.

Chemisette, chemisette!
Avec, je suis bien aéré.

Menottes, menottes!
Avec, je me suis bien lavé.

Culotte, culotte!
Avec, mes fesses sont bien serrées.

Tes bottes, tes bottes!
Mais non, maman, c’est l’été.

Survèt, survèt!
Avec, mes jambes sont protégées.

Chaussettes, chaussettes!
Avec, j’aurai chaud aux pieds.

Baskets, baskets!
Avec, je peux bien marcher.

Le voilà qui secoue ses pieds, l’enfant tout habillé.
Le voilà tout habillé, l’enfant qui secoue ses pieds.

Je suis prêt. Maintenant, je peux aller jouer!
As-tu pensé à déjeuner?
Mince!

Girouette, girouette!
Dit l’enfant qui ne sait plus où aller.

Facebooktwitter

Pleurette, le Hérisson et la Larmière!

( ou conte pour tes enfants à toi )

Quand elle était petite, Pleurette vivait avec ses parents dans une chaumière, à l’orée du bois. Pleurette n’était pas son vrai nom. Mais tous l’appelaient ainsi, ses parents et ses amis de la forêt.

Son père était bûcheron. Pleurette l’accompagnait souvent. Pendant qu’il travaillait, elle se promenait et jouait avec les animaux. C’est Bobby, le hérisson, qui la chaperonnait. Il la ramenait toujours à son père avant que celui-ci n’ait rangé ses outils, prêt à rentrer.

Pleurette rassurait les animaux, les câlinait. Elle versait bien quelques larmes parfois. Mais, c’était des larmes de joie.

L’automne arrivait. Ce matin-là, comme presque tous les jours, elle alla retrouver Bobby. Le hérisson ne l’emmena pas jouer, cette fois. Il lui parla. Il avait quelque chose d’important à lui montrer. Surprise par son ton sérieux, Pleurette le suivit sans discuter.

— Tu sais que la chasse est ouverte, Pleurette?
— Oui et à chaque coup de fusil, j’ai envie de pleurer.
— Tes larmes vont beaucoup nous aider. Regardes!

Il lui montra une fontaine asséchée , au centre d’une clairière, dans un endroit caché. Un endroit magique et secret! Bobby se tint devant la petite fille impressionnée. Oui, c’est un endroit magique, comme il y en a encore quelques-uns dans la forêt. Voici la Fontaine de la Larmière. Malheureusement, elle est tarie. Quand elle coule, tout animal blessé à la chasse peut y être guéri. Tout animal tué à la chasse peut y être ranimé. Quand la fontaine coule, la chasse ne tue plus. Les animaux meurent de mort naturelle.

L’enfant comprenait ce qu’il disait. Peut-on rendre à la fontaine son pouvoir? Oui, on le peut et on va le faire. Ton père, cette nuit, va venir y accrocher la Larmière et dire la prière. Après ce sera à toi de jouer. Tes parents sont nos plus grands alliés. Rentres vite chez toi. Ils t’attendent et vont tout t’expliquer. L’histoire de la Larmière, sa mère la lui avait souvent contée.

Quand nous avions ton âge, nous nous désespérions du sort des animaux à la période de la chasse. Un jour, nous avons rencontré Bobby. Avec son aide, nous avons redémarré la Fontaine de la Larmière. Plus d’animaux victimes de la chasse! Les chasseurs nous détestaient.
Toute larme versée pour autrui est sacrée. Elle a le pouvoir de guérir, si c’est une larme de Pleurette . Une Pleurette est une enfant choisie par la forêt, ses larmes sont bénies. Elles soignent et remplissent la Larmière qui permet à la fontaine de fonctionner. Ta mère a été la dernière Pleurette, puis nous avons grandi et son pouvoir s’est amoindri.
Depuis, avec le temps, les gens se sont de moins en moins intéressés aux animaux. Peu de larmes sont encore versées pour eux et la fontaine est tarie.
Bien, maintenant je vais me rendre à la fontaine pour accrocher la Larmière. On ne doit pas attendre. Ta mère va t’expliquer ce que tu dois faire, si tu veux être la nouvelle Pleurette.

Pleurette était émue. Ses parents étaient bien les alliés de la forêt. Sa mère faisait pousser des fleurs vertes et bleues, dans des parterres, autour de la chaumière. Elle les arrosait des rares larmes qu’elle pouvait encore verser, maintenant qu’elle était adulte. Elle faisait des onguents avec ces belles fleurs. Son mari entretenait la forêt et utilisait les onguents pour soigner les animaux blessés qu’il rencontrait.

« Je dois pleurer beaucoup? », demanda la petite à sa mère. Non, pas du tout. Va vers les animaux blessés. Bobby t’accompagnera. Occupes-toi d’eux. Soignes les avec les médicaments que je vais te donner. Pleures simplement quand tu as envie de pleurer. Ne te forces pas. Toute larme que tu verseras emplira la larmière magique d’une grande quantité d’eau bénie. Bobby dit que le secret de la Fontaine de la Larmière, c’est la compassion d’une Enfant-Pleurette. Il dit que tu es prête.

Le lendemain, Pleurette partit d’un pas décidé retrouver Bobby. Toute la journée, ils recherchèrent les animaux blessés par les chasseurs. Pleurette les soignait, les cajolait. Elle pleurait beaucoup de les voir si souffrants, si inquiets.

Le temps passa doucement, comme cela se passe là-bas. Pleurette passait presque toutes ses journées dans les bois. Armée de sa petite trousse de soins, elle s’était faite infirmière.
Dans la clairière, la Larmière avait énormément gonflé. L’eau commençait à se répandre dans la fontaine asséchée.

Les parents de Pleurette la réveillèrent de bonne heure, ce matin-là. Elle apprit que la fontaine fonctionnait désormais. Son père lui dit d’aller à la clairière où Bobby et ses amis l’attendaient pour la remercier. Sa mère la prit par les épaules et lui dit: « Les chasseurs ne vont pas t’aimer. Fais en sorte que cela puisse durer! »

C’est un conte, certes. Mais saches que, quand tu vas aux bois, c’est comme si tu entrais chez quelqu’un. Tu entends les oiseaux, déjà? Alors, c’est que c’est habité!

Facebooktwitter

Conte à dormir debout!

Toi, tu n’a pas sommeil. Si tu veux, je te raconte une histoire.

Dis donc, ta chambre n’est pas bien rangée. Il y en a qui pourraient en profiter. Un lutin pourrait bien venir s’installer.

« C’est des bêtises! »
Non, il ne s’appelle pas bêtise, mais Lutin, Lutin 27 pour être plus précis.
Comment je le sais? Je l’ai vu hier se cacher sous ton lit. Il a peur de moi. Il ne va pas se montrer.
Non, pas parce que je suis un adulte. Parce qu’il y une cinquantaine années, quand j’avais ton âge, j’ai écrasé Lutin 19 en me levant du mauvais pied. J’ai vu mon premier lutin, un lutin aplati . Depuis je les vois tous.

Un lutin pense que s’il vole un jouet dans une chambre mal rangée, ça ne se verra jamais. Tu vois, ça te donne à penser. Alors, il s’installe dans ta chambre, se cache le jour et sort la nuit pour essayer de voler tes jouets. Celui que j’ai vu hier, c’est Lutin 27 et il est déjà installé.
Il aime les véhicules à pédales, en particulier. Il pourrait bien vouloir te dérober ton camion de pompiers. C’est tout petit, minuscule, un lutin. Celui-là est déjà bien âgé. Il doit avoir son permis. Ton camion n’est plus à l’abri!

Quand tu dors, le lutin sort de sa cachette. Il grimpe sur un jouet et pédale comme un fou. Il fonce à toute vitesse vers le premier trou qu’il peut trouver pour y faire passer le jouet.
« Ils sont tout petits, les trous ici! » Oui, mais le lutin aussi. C’est magique, un lutin. T’en as vu à la télé. C’est patient aussi, un lutin. Il sait qu’à force d’insister, il va y arriver.

T’as compris?
« Oui! D’abord, je range ma chambre. Et après, je reste réveillé toute la nuit et je vais l’attraper! »

Alors je vais m’en aller, sinon il ne sortira pas. Ne parles pas de cette histoire à tes parents. Ils pourraient reprendre l’idée, cacher un de tes jouets, pour te faire peur et t’obliger à ranger. Bonne nuit et bonne chasse!

Facebooktwitter

Re-Contine!

C’est 1 bateau
Qui va sur l’eau.
2 capitaines,
Y a un problème!

Les 3 matelots
Ont pris leur seau,
Ecopent l’eau
Qu’il y a en trop!

4 poissons sont préparés
Par le matelot-cuisinier.
Ils seront 5 à les manger.
Deux capitaines,
Y a un problème!

C’est 6 étoiles
Qu’on voit briller.
7 dauphins
Prennent leur bain,
Partent en plongée
Pour une année!

8 hameçons
Sont préparés,
Pour attraper
9 sirènes
Qui se promènent!

Bon, bin, fin!

Si tu me dis:
« Tu sais pas compter jusqu’à 10? »
Le bateau, je le fais couler.
Et pour être sûr d’y arriver,
Je fais 11 trous dans les seaux à écoper.
Peut-être même 12!

C’est un bateau
Qui va sur l’eau.
Deux capitaines,
Y a un problème!

Facebooktwitter

Contine!

« Rainette, rainette! »
Dit la grenouille quand elle s’embête.

« Méfiance, méfiance! »
Dit la souris avec prudence.

« Sornettes, sornettes! »
Dit le serpent à clochette.

« Silence, silence! »
Dit le héron qui s’en balance.

« T’es chouette, t’es chouette! »
Dit le hibou au gros bec.

« Au lit, au lit! »
Dit l’enfant qui s’assoupit.

« J’ai pas dit ça, j’ai pas dit ça! »
Dit le petit gaillard devant moi.

« Tant pis, tant pis! »
C’est l’heure d’aller au lit!

Je suis venu te dire: « Bonne nuit! »

Facebooktwitter