Entre dans le conte 1 !

En scène, Mastic!

Super-Mastic!

Un conte est une aventure
Qui se passe loin de chez nous.
On use bien ses chaussures,
Avant d’arriver au bout!

J’y suis, moi, quand je raconte.
Tu t’assoies pour m’écouter.
Entre avec moi dans le conte.
Viens. On va bien s’éclater!

Tu ne peux pas. Je vais t’aider.
Tu seras héros des chroniques.
Est-ce que tu voudrais intégrer
Les chroniques de Super-Mastic?

Facebooktwitter

Entre dans le conte 2 !

Je vais te faire entrer dans cette histoire, cette fois.
Tiens-toi debout, tiens-toi droit!
Je vais t’appeler Mastic. Ce sera ton nom secret.
Plus qu’une histoire, c’est un jeu tranquille. Tu es sûr d’y arriver.

Dans cette histoire, tu dois te mettre au garde-à-vous quand tu entends ces mots-là :
Ding-dong!
Se mettre au garde-à-vous, c’est comme ça.

C’est une histoire où tu devras taper sur tes genoux quand tu entendras ces mots-là :
Ping-pong!
Taper sur ses genoux, c’est comme ça.

Tu devras dire ton nom quand tu entendras le mot Mastic.
Fais bien attention, le but c’est de ne jamais se tromper et de recommencer, pour cela, autant de fois qu’il faudra.

On commence par s’échauffer. Les cloches sonnent et font Ding-dong.
Il est l’heure de jouer. Vite, Mastic, tu t’emmêles les pieds.
Dis ton nom. Mastic, réveilles-toi! C’est bien. On joue à quoi? Si on jouait au Ping-pong?
Parfait, tu es prêt. Alors on y va!

Les cloches sonnent une fois, Ding. Je n’ai pas dit Dong.
C’est n’importe quoi!
Les cloches sonnent deux fois, Ding-dong. Mastic vient chez moi.
On joue au Ping-pong. La balle fait Ding-dong. On joue au Ping-pong, Mastic et moi.
La balle fait Cling-clong. Perdu, cette fois! Dis tout fort Ding-dong et tiens-toi bien droit.
Ping-pong! Pourquoi je dis ça? Mastic, dis le moi! Ding-dong et encore Ding-dong!
Le jeu est terminé. Est-ce que tu t’es trompé?
Pas grave, on va recommencer, plus vite cette fois!

On dira que c’est une histoire sportive.
Elle ne fait pas de mal, en tout cas.

Facebooktwitter

Entre dans le conte 3 !

Selon ton choix!

Je connais une autre façon de te faire entrer dans le conte.
Aujourd’hui, je te raconte une histoire à trois choix.
Trois, c’est bien assez. Faisons simple et pas compliqué.

Mastic, bonhomme, va au marché,
Pour acheter une pomme et du pâté.
Le voilà parti, de son pas élastique.

Equipé de sa cape en plastique,
Il ressemble au Chaperon que l’on connaît.

Sur la route, il doit traverser un grand bois,
Un vilain bois, un bois dont on parle à mi-voix.
Un bois où l’on entend des voix murmurer.
Elles parlent de toutes ces bonnes idées
Qui se sont transformées en vilains choix.
Elles disent de, surtout, bien les écouter.

Mastic entre dans le bois. C’est un héros, il ne craint pas l’effroi.
Il est bien le seul. Viens, on le suit, mais sans le rattraper.

Des voix, il y en a trois.
La voix 1 s’adresse à Mastic.

Elle lui dit de ne pas écouter la voix suivante.
— La voix 2 lui dit de s’approcher pour entendre un secret.
— La voix 3 lui dit de ne pas écouter les deux autres.

Maintenant à toi! Quelle voix, choisis-tu d’écouter?
C’est ton premier choix. Si tu veux, je vais t’aider.
Si tu écoutes la voix 1 ou la voix 3, tu ne sauras jamais ce que voulait dire la voix 2.
Moi, la voix qui m’intéresse, c’est celle qui a parlé d’un secret.
On prend la voix 2, alors?


Approche-toi, Mastic, qu’on puisse l’écouter.
La deuxième voix dit que le village n’est pas par là.

Elle dit que, si tu veux aller au marché, tu dois retourner sur tes pas.
Elle dit de prendre à droite, au premier croisement que tu rencontreras.
Elle dit aussi que, si tu avais écouté les deux autres, tu te serais perdu dans les bois. Fin de l’histoire, mauvais choix!

Mastic marche longtemps.
Il n’y a rien à voir, rien à raconter.
Mastic s’ennuie de toujours marcher.
Il a envie de s’amuser ou de se reposer.
Ce n’est pas étonnant, c’est encore un enfant.

–1: Il se dit qu’il va faire un somme,
Sur sa bulle chewing-gum.
–2 : Il se dit qu’il veut jouer du tambourin.
Il n’a pas de baguettes, pas de tambourin.
–3 : Il se dit qu’il va jouer à Chat-Pied de nez.
Mais il n’y a personne, avec lui, pour jouer.

Et toi, quel serait ton choix?
Dormir dans du chewing-gum,
Jouer du tambourin avec rien,
Ne pas jouer au jeu qui te plaît?

Tu choisis le somme.
C’est une bonne idée.
Mastic est un super héros.
Il mâche son chewing-gum.
Il souffle une bulle-sommier
Et se fait un lit de super-héros.

Tranquille, Mastic emporte sa bulle sous un pin.
Il s’allonge et se repose, la tête dans ses mains.



Mastic est dans le monde des rêves. Tout se met à flotter!

–1 : Mastic voit passer une poubelle qui fait son tour.
La poubelle sourit à Mastic qui veut y grimper.
–2 : On lui de faire la vaisselle. Il n’est pas sourd.
Mais il bien trop petit pour atteindre l’évier.
–3 : Le voilà tiré vers le ciel. Il s’accroche à une tour.
Sa belle cape s’est enfuie. Il ne peut pas voler.

On prend la proposition 1, celle avec la poubelle volante.
Moi, ça me dit bien aussi. Si on essayait?

Eh bien, c’est une bonne idée. La poubelle le ramène, du monde des rêves, dans la réalité. Bien mieux, elle lui fait gagner du temps en l’emmenant au dernier croisement.

Au croisement!
— A droite, le panneau indique le marché.
— En face, le panneau est un panneau de danger.
C’est écrit, en tout petit : Rebroussez chemin, ici on ne voit rien!
J’y suis déjà allé. C’est vrai, après le tournant là-bas, on ne voit plus rien.
On ne peut plus avancer.
— A gauche, ça dit : Retour rapide!

Mastic ne veut plus de pommes, ni de pâté.
Il est fatigué, il voudrait bien rentrer.

A gauche, on y va?
Mastic fait trois pas et puis il disparaît.
Il a disparu sans un bruit et reparaît dans un cri.
Il est devant chez lui. Oh, mais quel raccourci!

A la maison, enfin! Revenu au bercail, Mastic baille et se dit qu’il a faim.
Je me fais des pâtes ou je repars chercher une pomme. Il ne sait pas trop,ma foi!

Entre une pomme et des pâtes, que choisirais-tu, toi?

Attends, ce n’est pas fini.
Il y a encore trois combats qu’il a fait quand on avait le dos tourné.

Mastic voit un taureau,
Là-bas, au bout du pré.
Comme tout super héros,
Il veut s’y mesurer.

Le taureau accepte le combat et il fonce tout droit.
Tout droit sur Mastic, bien décidé à le renverser.

Super-Mastic prend une trique,
Lui met des coups sur le nez.
Par la force de Mastic,
Le taureau est assommé.

Quand il s’en prend à une poule,
Il manque de se sauver,
Tant cette vilaine poule
De son bec, pique ses pieds.

Mastic voit un cheval,
Il veut monter dessus.
D’une ruade, le cheval
Le jette dans le talus.

Ce sont ses tout premiers combats, il faut l’excuser.

Facebooktwitter

Entre dans le conte 4 !

Jingle Bells! ( version Mastic)

Tu vas voir, c’est simple.
On reprend les débuts de Super-Mastic, en chanson.
Tous les couplets vont par deux.
Je chante le premier.
Tu te débrouilles pour m’accompagner,
Sur le deuxième couplet et à chaque fois que tu peux.
Prêt?

P’tit Mastic, p’tit Mastic,
Toi qui es un moustique.
Ta belle cape en plastique
Est bien trop élastique!

P’tit Mastic, p’tit Mastic,
Toi qui es un moustique.
Ta belle cape en plastique
Est bien trop élastique!

Quand tu voles,
Elle gondole.
Et tu t’écrases au sol!

Quand tu voles,
Elle gondole.
Et tu t’écrases au sol!

P’tit Mastic, p’tit Mastic,
Toi qui es un moustique.
Ta belle cape en plastique
Est bien trop élastique!

P’tit Mastic, p’tit Mastic,
Toi qui es un moustique.
Ta belle cape en plastique
Est bien trop élastique!

Es-tu sûr
De voir les murs?
Ou as-tu la tête dure?

Es-tu sûr
De voir les murs?
Ou as-tu la tête dure?

P’tit Mastic, p’tit Mastic,
Toi qui es un moustique.
Ta belle cape en plastique
Est bien trop élastique!

P’tit Mastic, p’tit Mastic,
Toi qui es un moustique.
Ta belle cape en plastique
Est bien trop élastique!

Quand tu marches
Sur ta cape,
Aussitôt tu dérapes!

Quand tu marches
Sur ta cape,
Aussitôt tu dérapes!

P’tit Mastic, p’tit Mastic,
Toi qui es un moustique.
Ta belle cape en plastique
Est bien trop élastique!

P’tit Mastic, p’tit Mastic,
Toi qui es un moustique.
Ta belle cape en plastique
Est bien trop élastique!

Facebooktwitter

La bulle de Mastic!

Mastic a fait une bulle,
Grande comme une maison.
Il met une libellule
Dans la bulle de savon.

C’est une libellule,
Enfermée dans sa bulle.
Dans une bulle de savon!
Autant dire, une prison.

Mastic y fait entrer
Tout ce qu’il peut trouver.
Du tout petit grillon,
Au plus gros des poissons.

L’histoire s’arrêtera,
D’une drôle de façon.
C’est quand Mastic voudra
Y mettre un hérisson!

Facebooktwitter

Parlons Tsoin-Tsoin, 1 !

On a parlé de camions, de lutins.
Je me demande si tu as oublié.
Les camions ont vraiment peur des lutins.
Les lutins sont des voleurs de jouets.
On ne les voit pas, on les entend bien!

Ton camion de pompiers fait pouet-pouet,
Quand il veut frimer, faire sa vedette.
Quand il y a un lutin dans le coin,
Il ne fait plus pouet-pouet, mais tsoin-tsoin!

Ton camion ne veut plus dire pouet-pouet,
Quand il y a un lutin qui le guette.
Ton camion se cache et baisse la tête.
Le lutin crie tsoin-tsoin, à tue-tête!

Ton camion se tait, ne dit plus rien,
Quand il est conduit par un lutin.
Le lutin veut chanter une chanson.
Pour chanter, il monte dans le camion!

Si tu veux écouter sa chanson,
Tu dois faire klaxonner ton camion.
Il n’a pas de klaxon, ton camion.
C’est trop bête, le lutin dit : non, non!

Facebooktwitter

Parlons Tsoin-Tsoin, 2 !

Je vais te raconter en tsoin-tsoin, l’histoire de de l’âne Pinpin!

L’âne Pinpin vient.
Tsoin-tsoin, tsoin-tsoin!
C’est notre voisin.
Tsoin-tsoin, tsoin-tsoin!


Il amène le pain.
Tsoin-tsoin, tsoin-tsoin!
Le pain et le vin.
Tsoin-tsoin, tsoin-tsoin!

Et Pinpin a faim.
Tsoin-tsoin, tsoin-tsoin!
L’âne mange le foin.
Tsoin-tsoin, tsoin-tsoin!


L’âne mange le grain,
Tsoin-tsoin, tsoin-tsoin!
L’âne boit du vin.
Tsoin-tsoin, tsoin-tsoin!


Pinpin n’a plus faim.
Tsoin-tsoin, tsoin-tsoin!
Il promène son chien,
Tsoin-tsoin, tsoin-tsoin!


Nous dit : A demain!
Tsoin-tsoin, tsoin-tsoin!
A demain, Pinpin.
Tsoin-tsoin, tsoin-tsoin!

A demain, Pinpin.
Tsoin-tsoin, tsoin-tsoin!
Pinpin, à demain!
Tsoin-tsoin, tsoin-tsoin!

Facebooktwitter

Un canard sans tête!

Un canard, sans sa tête!
Il titube et s’arrête.
Il a un peu l’air bête.
Tout s’embrouille, dans sa tête.

Il ne s’est pas méfié.
Alors, il s’est gavé.
Il se croyait aimé.
Il va être mangé!

Le héron, au long bec,
L’avait bien alerté.
Le canard, aussi sec,
Lui avait ri au nez!

Maintenant, il regrette
Et voudrait s’excuser.
Mais, sans bec ni tête,
Il ne peut plus parler!

Facebooktwitter

Mauvais temps!

Quand tu entends Flap-flap, sous tes pas,
C’est que tu marches dans une flaque.
Quand tu entends Fouitch-fouitch, sous tes pas,
C’est que tu marches sur de grosses limaces.

Quand tu entends Clac-clac, sur tes joues,
C’est que maman sermonne son bout-de-chou!

Facebooktwitter

A swarm of bees!

Parler des abeilles, c’est plus compliqué que de parler des fourmis.
On verra plus tard, si tu veux bien patienter.
Je vais te raconter une histoire qui m’est arrivée, quand j’étais gamin.
Il s’en passe des choses à la campagne!

Quand une ruche a un trop plein d’abeilles, elle se sépare en deux. Des centaines, des centaines d’abeilles s’envolent de tout côté. Elles s’accrochent à quelque chose, s’agrippent entre elles. Elles attendent sagement que les abeilles éclaireuses s’accordent sur l’endroit où elles vont s’installer, sur un abri de toute sûreté!

Un dimanche matin, je m’en souviens bien, un essaim s’est accroché à moi. J’ai ôté mon pull doucement. Je n’ai pas été piqué. J’ai jeté le grand pull bleu, que ma mère m’avait tricoté, dans les branches d’un noisetier. Mon pull est devenu vert de toutes ces abeilles agglutinées. Je me suis trouvé chanceux de ce qui m’était arrivé.
Le lendemain, je l’ai récupéré. Les abeilles étaient parties dans leur nouvel abri.

Tu peux en parler à l’école. C’est une histoire vraie!

Facebooktwitter