Shaman!

Il danse la Galopée,
Il tam-tame de ses pieds.
Il regarde à côté,
Là où sont les déités!

Le tambour suit ses pas.
Mon oreille suit sa voix.
Et maintenant, je les vois,
Ceux qui sont en tout, en toi!

Il a l’air déconnecté,
Envahi par l’étranger.
Ce qu’il dit est compliqué,
Car on a tout oublié!

Il danse la Galopée.
Il est à moitié en transes.
Je le suis dans la clarté
Et je danse ce qu’il danse!

Facebooktwitter

Marche ou crève!

Fuyant le sombre passé,
On court vers l’heureux demain.
Ne pense plus à t’arrêter
Et lève-toi, nom d’un chien.

Pour cette vie confortable,
Tu oublierais ton cousin.
Ce doit être formidable,
Pour que tu oublies les tiens.

Il faut de la volonté
Pour tant vouloir consommer.
Il faut vouloir s’aveugler
Et rejeter l’étranger.

Fuyant le sombre passé,
On court vers l’heureux demain.
Ne pense plus à t’arrêter
Et lève-toi, nom d’un chien.

Tu fais fi de ton cousin,
Esclave en pays lointains.
Tu fais fi de ton voisin,
Plus que toi dans le besoin.

Marche ou crève comme un chien,
C’est ce que tu dis aux tiens.
Tu ne veux pas regarder
Ceux restés dans le fossé.

Fuyant le sombre passé,
On court vers l’heureux demain.
Ne pense plus à t’arrêter
Et lève-toi, nom d’un chien.

Facebooktwitter

L’histoire se répète!

Effet-papillon dans le lointain,
La vie-semence se pose dans un coin.
Que sais-tu du néandertalien?
Que connais-tu du mérovingien?

Un concours de circonstances
Te met le monde dans la main.
C’est toujours une évidence :
Tu vas toujours vers ta fin!

Ta riche expérience
Ne te sert à rien.
Et, quand tu calanches,
Il ne reste rien!

Facebooktwitter

De l’enfant de demain!

Ils prennent une trottinette,
Ils ne savent plus marcher.
Ils vont sur internet,
Ils ne savent plus parler!

Elles sont belles, tes chaussettes.
Tu es bien attifé.
Au-dessus de ta tête,
S’installe une araignée!

Tu es peu cultivé.
Tu sais à peine écrire.
Tu es un peu léger,
Mais tu es l’avenir!

Facebooktwitter

Vu à la Télé!

Oui, le Tri-Pâté,
C’est la nouveauté.
Oui, le Tri-Pâté,
C’est la panacée!

Quand tu es affamé,
Tu peux te sustenter,
En dévorant le Tri-Pâté.

Oui, le Tri-Pâté,
C’est la nouveauté.
Oui, le Tri-Pâté,
C’est la panacée!

Quand tu es énervé,
Tu peux te reposer,
En tripotant le Tri-Pâté.

Oui, le Tri-Pâté,
C’est la nouveauté.
Oui, le Tri-Pâté,
C’est la panacée!

Quand tu es asphyxié,
Tu peux mieux respirer,
En reniflant le Tri-Pâté.

Non, le Tri-Pâté
Ne va rien changer.
Non, le Tri-Pâté,
C’est une saleté!

Je le donne à ma mère
Qui sait l’utiliser.
Elle me dit qu’elle s’en sert
Pour graisser ses souliers!

Non, le Tri-Pâté
Ne va rien changer.
Non, le Tri-Pâté,
C’est une saleté!

C’est bien trop éphémère,
C’est pour nous arnaquer.
Une affaire consommière,
Ces « Vu à la Télé »!

Facebooktwitter

Protège-moi de toi!

Le chaland doit être désarmé.
On lui assure la sécurité.
C’était ça le deal!

On dirait que quelque chose a foiré, quand on voit qui protègent et qui agressent, nos forces de sécurité.

Facebooktwitter

Dans la mare aux canards!

Qu’as-tu appris?

Dire Oui-oui au petit chef, quand il se perche sur ton chef.
Dire Non-non à ton garçon, quand il te demande une chanson.


Dire Grouin-grouin, quand tu manges comme un cochon. Tu ne laisses dans l’auge, pour ton garçon, que ton vomi de saison!
Tu montes à l’échelle pour parler de l’air du temps. De là-haut, tu fais Coin-coin aux passants.

Enfoncé jusqu’aux aisselles dans la merde de ton temps, tu rêves d’un demain, d’une trêve, où tu serais encore vivant. Tu penses survivre encore, alors que le niveau monte jusqu’ à tes dents.
Arrive le moment où tu devras choisir entre manger et respirer. Tes enfants, plus petits, seront déjà noyés!

En bon soldat, tu portes l’uniforme qui te servira de linceul. Tu ne vas pas beaucoup changer!

Facebooktwitter

Quelle plaie, ce petit peuple!

Lui, on l’a mis en prison,
Pour avoir fait une Chanson.
Une chanson subversive!
Et, en plus, il récidive.

Eux, ils se sont fait Barrière,
Pour éviter la Fourrière,
A un groupe de Va-Nus-Pieds.
Allez vite me les gazer!

Que fait-on de la P’tite Vieille
Que vos hommes ont éborgnée?
Qu’elle retourne à son sommeil
Et cesse de manifester!

Ah, ce clodo, quelle crasse!
Dans nos rues, c’est dégueulasse.
Allez découper son Banc.
Qu’il disparaisse, à l’instant!

Facebooktwitter

Je ne suis pas un étron!

Je ne suis pas un étron.
Je ne suis pas non plus un mouton!

C’est une chanson familière que j’ai remise au goût du jour. Je n’ai gardé que le refrain. Vous la reconnaissez? Alors, mettons lui des paroles adaptées!

Je ne suis pas un étron.
Je ne suis pas non plus un mouton!

Je ne suis pas parvenu.
Alors, je l’aurai dans le cul!
Je ne suis pas résidu.
Ni canard étêté, sur le cul!

Je ne suis pas un étron.
Je ne suis pas non plus un mouton!

Je ne suis pas comme vous.
Vous, qui nous voulez à genoux!
Vous êtes loin de chez vous.
L’enfer, c’est là-bas, en dessous!

Je ne suis pas un étron.
Je ne suis pas non plus un mouton!

Facebooktwitter

Puis, il parlait…

Sur le quai de la gare, comme un chien apeuré, s’installe prés de moi, un Inquiet agité. Une de ces personnes qui parlent leurs problèmes à haute voix! Il a quelque chose à régler et craindre. On ne peut pas l’atteindre dans son enfer froid!

A côté de lui…
Assis sur un banc, un clodo buvait à son kil de rouge. Puis, il parlait au monde, à tout ce qui bouge, en souriant vraiment!

Facebooktwitter