Tu te dis véridique!


Pas de question sereine,
Mais de vaines critiques.
Un curieux phénomène
De chirurgie plastique!

Toujours garder la scène,
En pantin pathétique.
Pathétique, mais amène,
Pas avare de répliques.

Pas de question lointaine,
Dans le genre utopique.
Et l’oreille aux sirènes,
Tu te dis véridique!

Facebooktwitter

Dans nos quartiers!

Brûlures de clope,
A comparer.
Odeur très forte
De saleté.

Donneurs d’organes,
Sans volonté.
Point ne trépane,
Par charité.

Senteurs d’opium,
Vitres teintées.
Bulles de chewing-gum
Et vérités.

Vendeur de sexe,
Dans la ruelle.
Tout est prétexte,
Dans les poubelles.

Odeur cigare,
Trop de deniers.
Idées bizarres,
A consommer.

C’est l’esclavage
Des nouveaux-nés,
Qui se propage,
Dans nos quartiers!

Facebooktwitter

Je voudrais te demander!


Je ne suis pas plus con que toi,
Mais je veux te demander :
Moi, quand j’entends parler des voix
Dans des bouches politisées,

« Mais pourquoi, moi, je n’y crois pas
Et ils veulent nous truander! »

Quel effet ça te fait, à toi,
Il n’y a que toi qui le sais.
Moi, quand on me caresse, en bas,
C’est que l’on veut me baiser!

Facebooktwitter

Moi, je les trouve beaux!



Le repas est tout froid,
Ils écoutent la radio.
Il paraît que, là-bas,
On est nu, sous la peau.

Moi, je les trouve beaux,
Ces gens, petits comme ça,
Qui se balancent à l’eau
Et qui foncent vers toi!

Alors, pris d’un émoi,
Ils ont chargé l’auto
Et puis foncé tout droit,
Pour aider, car il faut.

Ils ont un grand radeau
Et le poussent vers toi.
Il peut tomber de l’eau,
Ils ne lâcheront pas.

Du café, s’il fait froid.
Un frigo, s’il fait chaud.
Trois couvertures, deux bras,
Un repas pour tantôt.

Il faut être un salaud,
Pour moquer ces gens-là.
Il faut être un blaireau.
Ne rien comprendre, en soi!

Facebooktwitter

Des scènes de voisinage!


Charybde et Scylla
Sont à s’engueuler.
On ne saura pas
Qui a commencé.

Et c’est, comme toujours,
Une affaire de degré.
On essaie, toujours,
De vouloir nuancer.

Charybde et Scylla
Savent se détester.
Au temps des coups bas,
Ils vont s’espionner.

Et on veut, toujours,
Se les réunifier.
On tente un recours,
On veut légiférer.

Charybde et Scylla
Sont dégénérés.
Ils vont continuer
A se conflictuer.

Ils vivront, toujours,
Ensemble et à côté.
Et c’est bien d’amour
Qu’ils sauront se priver.

Charybde et Scylla
Sont cons, à jamais.
Ils n’apprendront pas.
Donc, laissons tomber!

Facebooktwitter

La cage aux murmures!


Il y’a trop de murmures,
Dedans la cage à sang,
Pour dormir. Et c’est dur
De faire toujours semblant!

Bien trop de procédures
Et bien trop d’entregent
Colorent tes blessures
De beaux reflets changeants.

Il y’a trop de blessures,
Pour toujours, en dedans.
C’est là que la nature
Peine à muscler les gens.

Facebooktwitter

Cette chanson-là!


Alors le père, là,
Se met à gueuler.
« Il ne me convient pas
De vous voir convoler.

Il te suffit pas
De te re-marier.
Il fallait que ce soit
Avec un congolais! »

Cette chanson-là,
On l’a oubliée.
Et, voilà que voilà,
Elle est d’actualité!

Facebooktwitter

C’est un dessous de bras!


C’est un dessous de bras
Et un peu de gencive.
Il est parti tout droit
Et s’est pris une ogive.

Il reste un bout, là-bas!
Ça, c’est pour les archives.
C’est ce qui t’attendra,
En cas de récidive.

Facebooktwitter

C’est un enfant des rues!


C’est un enfant des rues,
Dont il faut se méfier.
Il n’a pas une bonne vue
Et ses dés sont pipés.

C’est un enfant perdu
Que l’on a négligé.
Il a connu la rue
Et puis d’autres métiers.

Mais il a survécu,
Car on est en été.
Et il est parvenu
A danser du bon pied!

Et cet enfant perdu,
Si on l’aide à chanter,
Enchantera la rue
Et tous ses bas-côtés.

Facebooktwitter

Un rebelle au formol!


C’est le ras-le-bol formel
D’un rebelle au formol!

Et c’est la pluie dans le ciel,
Pendant les jours d’école.
A re-demander, au ciel,
De la pluie dans l’école!

C’est le ras-le-bol formel
D’un rebelle au formol!

Facebooktwitter