Protège-moi de toi!

Le chaland doit être désarmé.
On lui assure la sécurité.
C’était ça le deal!

On dirait que quelque chose a foiré, quand on voit qui protègent et qui agressent, nos forces de sécurité.

Facebooktwitter

Dans la mare aux canards!

Qu’as-tu appris?

Dire Oui-oui au petit chef, quand il se perche sur ton chef.
Dire Non-non à ton garçon, quand il te demande une chanson.


Dire Grouin-grouin, quand tu manges comme un cochon. Tu ne laisses dans l’auge, pour ton garçon, que ton vomi de saison!
Tu montes à l’échelle pour parler de l’air du temps. De là-haut, tu fais Coin-coin aux passants.

Enfoncé jusqu’aux aisselles dans la merde de ton temps, tu rêves d’un demain, d’une trêve, où tu serais encore vivant. Tu penses survivre encore, alors que le niveau monte jusqu’ à tes dents.
Arrive le moment où tu devras choisir entre manger et respirer. Tes enfants, plus petits, seront déjà noyés!

En bon soldat, tu portes l’uniforme qui te servira de linceul. Tu ne vas pas beaucoup changer!

Facebooktwitter

Quelle plaie, ce petit peuple!

Lui, on l’a mis en prison,
Pour avoir fait une Chanson.
Une chanson subversive!
Et, en plus, il récidive.

Eux, ils se sont fait Barrière,
Pour éviter la Fourrière,
A un groupe de Va-Nus-Pieds.
Allez vite me les gazer!

Que fait-on de la P’tite Vieille
Que vos hommes ont éborgnée?
Qu’elle retourne à son sommeil
Et cesse de manifester!

Ah, ce clodo, quelle crasse!
Dans nos rues, c’est dégueulasse.
Allez découper son Banc.
Qu’il disparaisse, à l’instant!

Facebooktwitter

Je ne suis pas un étron!

Je ne suis pas un étron.
Je ne suis pas non plus un mouton!

C’est une chanson familière que j’ai remise au goût du jour. Je n’ai gardé que le refrain. Vous la reconnaissez? Alors, mettons lui des paroles adaptées!

Je ne suis pas un étron.
Je ne suis pas non plus un mouton!

Je ne suis pas parvenu.
Alors, je l’aurai dans le cul!
Je ne suis pas résidu.
Ni canard étêté, sur le cul!

Je ne suis pas un étron.
Je ne suis pas non plus un mouton!

Je ne suis pas comme vous.
Vous, qui nous voulez à genoux!
Vous êtes loin de chez vous.
L’enfer, c’est là-bas, en dessous!

Je ne suis pas un étron.
Je ne suis pas non plus un mouton!

Facebooktwitter

Puis, il parlait…

Sur le quai de la gare, comme un chien apeuré, s’installe prés de moi, un Inquiet agité. Une de ces personnes qui parlent leurs problèmes à haute voix! Il a quelque chose à régler et craindre. On ne peut pas l’atteindre dans son enfer froid!

A côté de lui…
Assis sur un banc, un clodo buvait à son kil de rouge. Puis, il parlait au monde, à tout ce qui bouge, en souriant vraiment!

Facebooktwitter

En Lui!

A rejeter le Néandertal,
Il crée une ère nouvelle et fatale.
A oublier qu’il était poilu,
Il se la met, lui-même, dans le cul!

L’homme tue l’homme. L’homme tuera l’Homme. Se tuer entre hommes, ça s’appelle s’entre-tuer!

Facebooktwitter

Parasites et Opprimés!

Opprimés, le ver qui vous ronge vous a été injecté. Ils savent y faire pour vous museler!

Parasites heureux et Opprimés apeurés.
Parasites infectieux, Opprimés ravagés.

Parasites bienheureux, voulant ne rien changer.
Opprimés plus anxieux, comprenant le danger.

Quand tout va changer,
Les parasites seront affectés
Et les opprimés, eux, condamnés.

Parasites infectes, humainement abjects.
Opprimés modestes, grandement célestes!

Ne pensez pas que c’est pour nous seuls, la fin.
Bientôt, vous aussi, vous perdrez vos moyens!

Facebooktwitter

Changement Climatique, Danger Avéré!

Avec vos Clims de riches, vous pensez échapper aux 50 degrés. Quelle vie, alors? Combien de temps, cela peut durer?

Les enfants des autres et même les vôtres ne seront pas épargnés.

Je ne vous lâcherai même pas une sauterelle. Elle a droit à sa vie privée! C’est un holocauste qui menace. Toute vie est sacrée!

Ce que je dis vous indiffère! Êtes-vous à ce point dégénérés?

Facebooktwitter

Anti-Destinée ou Conte bancal!

Je voudrais vous parler d’une araignée.
Une araignée unique, fantastique!

Elle n’est pas réelle, alors ça va être compliqué.

Puissante, elle a arrêté toute l’humanité. Vous imaginez la taille de l’objet. Pourtant on ne la voit jamais!

Les fils de sa toile sont rêches et gluants, inconfortables.
Ils arrêtent les corps.
Les fils de sa toile, infimes, bloquent la démarche intime.
Ils séquestrent l’esprit.

La voie juste, chemin qui a du coeur,
C’est le sentier qu’elle veut occuper.
Que veut elle?

Elle commence à connaître la faim!
De la voie juste, trop se sont écartés.
Elle va se déchaîner.

Je me demande pourquoi elle veut nous dévorer entiers.
Corps et âme, ne rien laisser!
L’enfer serait de s’égarer, perdre l’avenir.
Mais alors, elle est quoi?
Démon et Froid!
Certains la nomment Anti-Destinée!

Je me demande comment cette histoire va finir.

Facebooktwitter