Tout un programme!


La charrue a gangrené

La plaine sauvage.
Et la vie s’est exportée,
Là-haut, à l’étage.

Ils ont empapaoutés,
Nourris au fromage,
Les rats, enfin muselés.
Loi est au carnage!

La rivière a débordé,
Sanctifiant l’outrage.
Et le monde en a assez,
Les temps changent d’âge!

Facebooktwitter

Plus de cent mille morts!


Plus de cent mille morts,
Ce n’est que quelques morts de plus.
Plus de cent mille morts.
Alors, n’en parlons plus. Motus!

Plus de cent mille morts,
C’est se prendre une balle dans l’anus.
Plus de cent mille morts,
C’est comme se faire un infarctus!

Plus de cent mille morts,
C’est encore un crime en versus.
Plus de cent mille morts,
Des humains, des êtres et bien plus!

Facebooktwitter

Des esclaves, de nos jours?



Tu l’as trouvé, au secours,
Il dormait avec le chien.
On l’avait muselé court,
Nourri de tartines de rien.

Un esclave pour les labours,
Depuis qu’il est orphelin.
Un enfant privé d’amour
Et qui ne compte pour rien.

Tu l’as arrosé d’amour
Et, enfin, il pousse bien.
Sil te sourit, en retour,
Il ne lâche pas ta main.

Ça se passe de nos jours
Et pas que là-bas, au loin.
C’est partout que ça a cours,
La traite des êtres humains!

Facebooktwitter

J’ai mal au vice!


J’ai mal au vice,
Je suis mutant.
Je suis caprice,
A fortes dents.

Je suis novice,
Pas regardant.
Je suis complice
Et bon enfant.

J’ai mal au vice,
Je suis changeant.
Et je dévisse,
En cancanant.

J’ai la peau lisse,
Des bonnes gens.
Singe d’artifice,
Peu ragoûtant!

Facebooktwitter

Quand l’histoire se répète!



J’ai jeté mon ancre de terre,
Au pied de cette colline.
Et puis j’ai délaissé la mer
Pour l’eau sale d’une bassine.

J’ai volé tous les vers de terre,
Pour enrichir ma cuisine.
Et du bois, j’ai fait des barrières,
Pour ne pas qu’on me rapine.

Il semblerait que la misère
Revienne et nous assassine.
Pour un plat de pommes de terre,
J’en vois trop qui se tapinent.

S’il faut qu’on retourne en enfer,
Moi, je sors ma carabine.
Et, avant de quitter la terre,
J’humerai l’hémoglobine!

Facebooktwitter

Un dialogue de sourds!


Pour participer au naufrage,
Il faudra, ma foi, consommer.
Et ce, jusqu’à ce que le cirage
Se mette à user nos souliers.

Oh, ne croyez pas qu’à l’usage,
On délaisse notre humanité.
Et rappelez-vous, qu’à tout âge,
On saura encore s’embrasser.

Et pour échapper au naufrage,
On perdra de la liberté.
On acceptera, avec l’âge,
De ne plus pouvoir réserver.

Et rappelez-vous des passages
De cette chanson de révoltés
Qui évoque le remue-ménage
De tout un peuple rassemblé!

Si on subit, si on est sage,
On sera, peut-être, préservés.
On ne croit plus à ce mirage,
Sur l’amour, la fraternité.

Et écoutez bien le message
De ce monde en train de crier.
Il semblerait qu’il serait sage
De penser à s’en occuper!

Libre à vous de faire bon usage
Du temps qui vous est octroyé.
C’est du présent, c’est un mirage,
C’est demain en train de pleurer!

Facebooktwitter

Ne va pas t’exonérer!


On doit, tous, participer,
Même démoulé de ce matin.
On se doit de partager,
De concourir au bien commun.

Si tu t’en crois dispensé,
Alors, toi, tu trucides demain.
Tu seras bien emmerdé,
Si ton enfant ne vit pas bien!

Et on veut, tous, s’intégrer
Dans un environnement sain.
Essayons de préserver
Un avenir pour nos gamins!

Si tu t’en crois exempté,
Tu es, finalement, un crétin.
On ne peut te respecter
Car tu es indigne, à la fin!

Facebooktwitter

Un écart de conduite!


J’ai eu un écart de conduite
Car, désormais, le doute m’habite.
J’ai eu un écart de volant,
A gauche, à droite, pas droit devant!

Et j’ai eu droit à ma poursuite,
Car j’ai glissé sur la case fuite.
On me traite en contrevenant
Et je me dis que je suis gland!

Facebooktwitter

C’est jour de fête!


Mais qui vient, dans la rue?
Je connais cette silhouette.
Tu es réapparu.
Je crois, c’est jour de fête!

Tu traînais dans la rue,
Remontant tes chaussettes.
Une flamme absolue
Brillait dans tes mirettes!

Puis, tu as disparu,
Pour trois années honnêtes,
Vers des terres inconnues,
Sur une autre planète.

Et, tu m’es revenu.
Je n’en crois pas ma tête!
Je te dit bienvenue,
Pose un peu tes baskets!

Facebooktwitter