A mon voisin, Quentin!


Glas de parler seul,
Je vais chez lui, en bas.
Il danse pour sa gueule
Et il ne m’entend pas.

Tape à sa fenêtre
Et on se parle, en rois.
Lui, à sa fenêtre,
Et moi, dans mon beffroi.

En voisins tranquilles,
On se dit le patois.
Il neige sur la ville
Et on regarde ça!

Retour aux pénates,
Je ne m’attarde pas.
Il promène ses pattes,
Dans la neige des toits.

Facebooktwitter

Mon œil de jardinier!



Tu dis que mon regard t’est chaud.
Je t’ai rencontré, quand tu végétais.
Je t’ai tutoré, un peu arrosé. Voilà!

Tu dis que mon regard t’est beau.
Quand j’ai vu que tu te redressais,
J’ai gardé ma main tendue vers toi.

Tu dis ce que je vis, moi, en verso.
Quand j’ai su que tu te redressais,
Je t’ai vu. De toute beauté. Voilà!

Merci à toi!

Facebooktwitter

Merci, la fée!

Quand elle se met à chanter,
La grande Mehluzinn Lafée,
Sa langue, elle la fait claquer,
Pour, justement, s’en-rythmer.

Quand elle se met à chanter,
La gente fée-mehluzée,
Elle joue du phare, à ses pieds,
Pour mieux nous oxygéner.

Quand elle se met à chanter,
Comme mitraillent les fées,
Elle n’a que des mots ouatés
Qui servent à réconforter.

Quand elle se met à chanter,
La douce fée-mehluzée,
C’est un soleil irradié
Qui, au micro, est penché!

Facebooktwitter

On se télescopera!


Dis, on ferait quoi, nous deux,
Si on devait s’entre-apercevoir?
Sûr, qu’on se fonce dessus
Et qu’on se rentre dedans
!
J’en ai déjà mal au genou.
Entre dans mes bras,
Que je te serre en moi!

Facebooktwitter

Ode à Léo!


Dédicace, en forme d’amusette,
Pour mon petit ami Léo.
Dédicace, sous forme de croquettes,
Pour son éternel apéro!

Dédicace, sous forme de noisette,
A un écureuil-bigorneau
Qui sait se démonter la tête
Et bien garder son cul au chaud!


Dédicace, joyeuse et simplette,
Pour mon Minusson rigolo
Qui sait me remonter la tête,
En me déclamant ses impros!

Facebooktwitter

Avec du bon esprit,…


Ce qui se passe, vraiment, avec les gens bien,
C’est qu’il nous font vivre des choses si belles!
Quand c’est chaud, ils veulent assumer, seuls.
Ce qui est fort dommage, c’est qu’il leur vient,
Pas que des gens bien, mais aussi des brelles!

Facebooktwitter

Bon Endiversaire, Alexandra!


Alexandra, Alexandra!
Déjà, pourquoi le dire deux fois?
Alexandra, Alexandra!
Déjà, c’est que tu m’entends pas!

Alexandra, Alexandra!
Tête d’endive, sous les frimas.
Alexandra, Alexandra!
Ferme la porte, derrière toi!

Alexandra, Alexandra!
Tête d’endive, ça te va.
Alexandra, Alexandra!
C’est Sandrine qui a dit ça!

Facebooktwitter

Si tu savais, Pierre !

Des paroles pour la chanson de ton frère.
C’est lui qui en composera la musique.



Nos voix parlaient du temps
Et de choses légères.
Mais sur les sentiments,
On y allait pépère.

Si tu avais su, vraiment,
Comment je t’aimais, Pierre,
Aurais-tu pu, plus longtemps,
Rester sur cette terre ?


Ça se passe en dedans,
Les échanges entre frères.
On se parle vraiment,
Parce qu’on peut se taire.

Si tu avais su, vraiment,
Comment je t’aimais, Pierre,
Aurais-tu pu, plus longtemps,
Rester sur cette terre ?


Revient alors le temps
Où on faisait la paire.
On ne triche plus vraiment,
Quand on est entre frères.

Si tu avais su, vraiment,
Comment je t’aimais, Pierre,
Aurais-tu pu, plus longtemps,
Rester sur cette terre ?


On fait un, pour un temps.
Rien ne nous désespère,
Quand on passe un moment,
Aux côtés de son frère !

Si tu avais su, vraiment,
Combien je t’aimais, Pierre,
Aurais-tu pu, plus longtemps,
Rester sur cette terre ?


Facebooktwitter