A toi, la Pierre-Fanal!

Cet anneau de pierre est fait de Cardinale. On le nomme, communément, la Pierre-Fanal. C’est plus que rare, cela n’existe pas. Celui qui te l’a donné devait t’avoir en très haute estime!

Facebooktwitter

Souviens-tu de la chouette?


Souviens-tu de la chouette
Qui habite au premier?
Ce soir, c’est une belette
Qui s’est fait pourchassée.

Tu as planté tes serres
Dessus les pots cassés,
Rafraîchi la ficaire
Et arrangé l’entrée.

Ne vois-tu la silhouette
Qui s’enfuit, sans bouger?
Le grand bal à sornetttes
Des papillons zélés!

Tu entends les clochettes,
Au flanc de la vallée.
Tu arpentes l’arête,
Dansant à cloche-pied.

Reprends-tu d’omelette?
C’est pas tard pour dîner.
Tu reposes ta fourchette
Et t’assois dans l’entrée.

Facebooktwitter

Sans trop déranger!


Je te donne le bruit de mes pas
Et leur résonance tranquille.
Je te donne du feu de mes doigts,
Le vent me rend malhabile.

Tu regardes juste devant toi,
L’univers est immobile.
On éteint le bruit de nos pas,
Face à ce vent qui s’empile.

Facebooktwitter

Et je crois bien qu’il a trouvé!



Il avait de beaux yeux très clairs
Qui frémissaient à la lumière.
Il avait deux grands yeux cernés
Qui pouvaient se mettre à brûler.

Il avait une parole sévère
Pour qui bousculait la misère.
Il avait de grands mots flottés
Dont il usait pour amuser.

Il avait de grandes mains de frère,
Des épaules comme une étagère.
Un ton de voix pour captiver,
Un souffle doux pour rassurer.

Il vivait dans son hémisphère
Et il s’essayait sur la Terre.
Il était en voyage privé
Mais il s’arrétait pour donner.

Il est parti, demain, hier
Et sans bousculer la lumière.
Il est parti pour traverser
Et je crois bien qu’il a trouvé.

Facebooktwitter

C’est une grande tablée!


C’est une grande tablée,
Les fantômes familiers
Sont d’un bleu effacé.


Une voix vient flotter.
La chanson du dernier
Intéresse les aînés,
Ils sont comme envoûtés.


On m’a laissé entrer.
Je peux photographier,
Je suis leur invité.

Les nouvelles de l’été
Ont l’oreille du dernier.
Les fantômes plus âgés
Se contentent de bouffer.


C’est une grande tablée,
Les fantômes relâchés
Commencent à s’amuser.


Ils se mettent à danser,
Tourbillons élancés.
Sur les photos floutées,
Rien n’a vraiment changé.

Facebooktwitter