Je connais deux indiens!

Quand j’arrive dans la tribu, je cherche un tipi précis, celui où habitent :
Frère de Lune et Petit Rayon de Soleil.

Ils se sont connus, sous un rayon de soleil.
Et ils se sont liés, dans un rayon de lune!

Ils sont ainsi qu’ils sont faits. Et ça, ils l’assument.
Ils ne se séparent pas, à l’amorce d’une brume.

Sur eux, y a un rainbow.
Elle va danser au pow-wow.
Il est plutôt calumet.
Pieds nus sur la terre sacrée!

Ugh!

Facebooktwitter

Three Wishes!

Je caresserais gentiment la casserole ou la soupière qui voudrait bien me donner trois souhaits. Je ne lui coûterais pas cher. Un seul souhait me suffirait. Je veux Pierre!
Si je l’avais, j’aurais moins froid, en un éclair.

Je cherche la Façon de te dire : Je t’aime, celle qui dit tout.
Si je passe pour un con, je m’en fous.

Si ce voeu se réalisait, je te donnerais les deux voeux qui restent pour que tu en fasses ce qu’il te plaît. Ce ne serait que justice, justice pour Pierre qui n’avait rien fait!

Facebooktwitter

Entre nous deux!

Un jour, il y a longtemps de ça,
Quand ma belle-fille m’a dit :
Tu es un ange, un ange-gardien!
Elle, croyante! Je me suis permis un :
Blasphème, blasphème. Mais, où tu vas?

Je ne sais pas si je suis un ange.
Tout ce que je sais,
C’est que je veillerai sur ton petit,
Ton homme, tes deux chéris, Toi et les tiens!
Je ne sais pas dans quel ordre.
On verra bien!

Facebooktwitter

C’était par les yeux!

Revoir cet iris aux rayons de miel.
Ton iris, aux rayures de toile d’araignée!
Voir renaître la différence de couleurs,
Entre tes yeux blond-foncés!

Je ne veux pas rester sur ces regards de poisson-froid des dernières années.

Tu avais des yeux-radiateurs, des yeux aimant.
Est-ce qu’il n’y avait que moi qui te disait ça?

Même en version plate sur le mur, ton regard me réchauffe à chaque fois. Tu as laissé de toi, en bas. Tu as laissé quelque chose pour moi!

Mon doux Pierre, mon tout petit à moi!
Ces tout-petits mots ne sont pas creux.
Ils parlent de la façon dont je t’aime.
Je ne peux pas dire plus vrai!

Facebooktwitter

Un réveil boîteux!

Il s’endort sur son bol, l’air absent et rêvant.
Il n’a pas assez dormi, cet enfant au ralenti!

Les ombres tirées sur ses paupières, les yeux lourds.
L’enfant, gendarme et secret, ne vient pas dire bonjour!

La figure froissée, des bâillements inachevés.
L’enfant, mou et changeant, ne sait plus dire Maman!

Un chat dans sa gorge, le front brûlant.
Le petit sinistré regarde Maman, sans se tromper!

Des fois, il est adorable et tendre. Mais, toujours un peu secret.
C’est normal. Il sort de ses rêves, de son domaine privé!

Facebooktwitter

Mon Précieux!

Pierro, mon petit trésor sur pattes!

J’ai aimé beaucoup de gens.
Avec toi, ce n’est pas pareil, mon enfant :
« Aimer, ça ne se conjugue qu’au présent. »

Qui a dit : « Quand on se donne, on ne se reprend pas. »?
Je crois bien que c’est moi.




Ce qui me manque, je peux l’énumérer.
A quoi bon, puisque cela fait un tout :
« Ce que tu es pour moi! »

Facebooktwitter

Que ma joie revienne!

Je suis Un. Je suis Deux.
Deux pour Un, Un pour Deux.
Enfin, je suis heureux!

Tu es Toi. Je suis Moi
Et les deux à la fois.
Est revenue, ma joie!

Je te vois quand je regarde derrière mes yeux.
Il y a ce que je ne veux partager qu’avec toi!

Facebooktwitter

Je porte le crêpe!

A force de te chercher, je suis entré dans ta tête, au tréfonds de toi. Il fait noir!
Puis, je me retrouve couché sur le ventre, au bord d’une falaise. Je te tiens par la main. Tu pends dans le vide. Je te retiens. Je m’accroche pour ne pas glisser. Je ne vais pas te lâcher!
Dans le noir profond, tu scintilles légèrement. Tu as levé tes yeux vers moi et me regardes, immobile et silencieux!

Cette fois encore, je t’ai remonté. On se serre à s’étouffer!

Facebooktwitter

Du lien qui nous unit!

Tant de journées à errer dans un monde étranger.

Dans un monde sans couleurs,
Dans un monde sans valeur,
Dans un monde sans chaleur!

Le cordon ombilical coupé net!

Mon coeur est tombé dans mes chaussettes. Il se cache. Il ne veut plus remonter.

Ce n’est pas une vie. C’est du rab, l’épreuve achevée!

Ce que je ressens tout le temps, c’est que çà me tire vers toi!

Facebooktwitter