C’est la fin!

Une amie fidèle
A fait ta vaisselle
Et nourri ton chat
Qui languit de toi.

Toi, tu agonises,
Sous la lumière grise.
On pique ton bras,
Pour la énième fois.

Ton âme se dételle,
Regarde vers le ciel.
Tu ne ne luttes pas,
Tu es bien trop las.

Tu as fait un signe,
D’un oeil qui cligne.
On ne comprend pas
Ce que tu dis là!

Facebooktwitter

Deux volatiles!

C’est l’effet-retard :
Le pas du canard
Est beaucoup moins digne
Que la nage du cygne.

C’est l’effet-regard :
Le port du canard
Est bien moins insigne
Que le col du cygne.

L’effet-abattoir :
Quand meurt le canard,
C’est bien plus indigne
Que le chant du cygne!

Facebooktwitter

Rose-Matin!

Sous un ciel cerise,
Je suis sur le seuil.
Un temps à la brise
Odore le tilleul.

Les merles rivalisent,
Effacent l’écueil
D’une nuit trop grise,
Triste comme un deuil.

Une lueur exquise
Ravive mon oeil.
Une aube cerise
Se pose sur les feuilles!

Facebooktwitter

Au loin, au nord!

Tempête,
Ô ma voix,
Par ton chant inspirée.
Je ris aux éclats,
De tes efforts acharnés.

Girouette,
Tu t’en vas
Et tu passes à côté.
Je tente un grand pas,
Par dans une herbe pré-mouillée!

Facebooktwitter

Alléluia!

Les idées qui riment,
D’un homme à sa cime.
Un corps fatigué,
De trop s’agiter.

Les pensées honnêtes,
D’une âme fluette!
Un grand coeur d’acier,
Pour les protéger.

Un mec, sans une tune,
Décroche la lune,
Car des âmes alliées
Viennent l’épauler!

De beaux liens intimes,
Des enfants sublimes.
La vie est une joie,
Pour les gens comme moi!

Facebooktwitter

Rien qu’une ondée!

La terre est une serre.
Faut qu’on la désaltère.

Une ondée est tombée,
M’a trempé tout entier.
Et, en plus, j’ai glissé
Sur du pollen mouillé.

Je dois vite me rentrer.
Je dois vite me soigner.
La pluie s’est arrêtée.
Elle n’aura pas duré.

Cette pluie de misère
Ne dessoiffe pas la terre.

Facebooktwitter

Par-devers moi!

Je suis une main d’oeuvre à façon,
Une sous-merde, dans mon entreprise.
Humble, dans toutes les occasions,
J’ai trouvé, ici, mon assise.

Je suis véhicule d’occasion.
Je ne vaux rien, à la reprise.
Je file dans la bonne direction,
Tout droit vers la terre promise.

Je ne suis pas contrefaçon,
Malgré mes humeurs indécises.
En moi, j’ai bâti ma maison.
En moi, je construis mon église!

Facebooktwitter

Tu tournes en rond!

Malheureux comme la pierre,
Tu hoches le menton.
Le niveau de ta bière
Est ton seul horizon.

Tu répètes: « Mort aux vaches! »,
Toute la sainte journée.
Ta joie, tu la recraches,
Comme un chewing-gum mâché.

Tu rumines tes malheurs,
En papillon blessé.
Tu exportes ta douleur
Sur celui d’à côté.

On a, tous, des tracas.
On a, tous, mal aux pieds.
Mais, c’est cette vie-là
Qu’il nous faut assumer.

Je ne suis pas comme toi.
Je préfère avancer.
On dirait bien que, toi,
Tu préfères reculer!

Grand merci pour la bière.
C’est tard, je dois rentrer.
Si, demain, on t’enterre,
Ce sera sans regrets!

Facebooktwitter