A bella cantora!


Bella bêlât,
C’est sa voix qui s’achève.
Bella met la
Main sur sa gorge en grève.

Bella mêla
Des glaviots à son rêve.
Belle, Bella,
C’est l’automne qui s’achève!

Facebooktwitter

Le temps est d’argent!


Le temps est un pieu d’argent,
C’est un acte millimétré.
On n’y échappe pas souvent,
Il est trop bien programmé.

Si tu te donnes le temps,
Il ne va pas s’enfoncer.
Si tu respires lentement,
Il peut même se retirer.

Si tu avances en avant,
Sans jamais te retourner,
Si tu adhères au présent,
Il pourrait même s’arrêter.

Si tu gaspilles trop ton temps,
A sans cesse tergiverser,
Il t’attendra au tournant
Et ne va pas te rater.

Le temps est calice d’argent,
Riche de tes temps arrêtés.
Il te guérit pour longtemps
Et enchante tes journées!


Facebooktwitter

Boire un café, lire la une!


Je me souviens du feu de camp et de ce clair de lune.
Je me souviens du vent qui peinait à supporter la brume.
Je me souviens du fanal et de son odeur posthume.
Je reviens, de temps en temps, boire un café, lire la une!

Facebooktwitter

Mon chemin charmant!


Ne jamais voir deux fois la même chose,
C’est possible, si l’on marche en avant.
Revoir le même endroit, la même pose,
Ça nous fige, c’est pas enrichissant.

Il faut emporter sa maisonnée,
Ne pas regarder dans le tournant.
Cela ne veut pas dire oublier,
Mais rêver, ré-écouter les chants.

Excuse-moi, j’ai besoin de ma dose.
Je me meus, c’est plus intéressant.
On se reverra, je le suppose.
Je continue mon chemin charmant!

Facebooktwitter

Aimer, c’est un verbe d’action!


Aimer, c’est un verbe d’action. Aimer, c’est comme un vendredi.
Vendredi n’est jamais sage; il est l’action que commet Jeudi.
Je dis : Passons à l’action, s’émouvoir ne plaît plus à Jeudi.
Cultivons l’art d’émettre, sans vouloir recevoir, de se départir!

Facebooktwitter

Il te faudra grandir!


Il te faudra courir,
Pieds nus, dans la mangrove.
Puis, un jour, en sortir.

Il te faudra construire,
Libre à toi qui innoves.
Il te faudra tenir.

Il te faudra t’unir,
Dans des liens qui dissolvent.
Et ne pas faire souffrir.

Il te faudra frémir
De demains qui résolvent.
Et cesser de mentir.

Il te faudra partir,
Quand le soleil se love.
Et puis, un peu mourir.

Il te faudra choisir
Une voie qui rénove.
Et puis, t’appartenir!

Facebooktwitter