Assis, le cul par terre!

Je me rappelle ce dernier automne. Il était beau et brun. Je lézardais au soleil. Tu venais me rejoindre, une bière pour chacun. Assis, dos au mur, ton genou près du mien. A côté de toi, ton chien!

Je te revois à la pêche, ton petit derrière sur une grosse pierre. Le beau gardon scintillant que tu venais d’attraper!

Toi, mon grand, il faudra bien des saisons pour t’effacer.
Toi, mon enfant, tu vas me manquer encore bien des années!

Facebooktwitter

Grimpons à l’échelle!

Construisons une échelle qui classerait tout ce que l’on peut être comme être humain. Le pire à zéro, le meilleur à plus l’infini.
Moi, je me vois plutôt bas de gamme. « A un peu de pensée personnelle. Rebelle à ce qu’il ne comprend pas. Du travail! »

Je ne suis pas un Mandela, loin s’en faut. J’en ai encore moins le calme. J’ai pourtant le sentiment de le comprendre.
Je ne suis pas un tyran ou autre inverse. Là, je ne comprends pas. Nada!

Il y a encore bien des choses à apprendre. Et bien plus encore à désapprendre. S’améliorer, il y a lieu. Posthume?

Facebooktwitter

A te regarder dormir!

Je sais que tu rêves. Cela se voit.

Tu rêves d’un sommeil animal. Les bruits que tu émets, les petits soubresauts secrets qui t’agitent par moment sont comme un fanal pour aller vers toi!
Ta main chasse un insecte dérangeant, pourtant absent, de ton visage. Et cette légère sueur d’un front qui travaille!

Rien ne me dit que ton rêve est heureux. Rien du tout!

Je vois dormir un corps animal. Je ne te reconnais pas. Animal qui n’aurait jamais eu de voix! Son âme muette vit aux éclats.
L’air gonfle tes côtes, sans à-coups. Ta bouche exprime sa brise!
Tu es là et tu es ailleurs!

Je m’entends dire à mi-voix:

« Voilà un rêve sans peurs. Partons! Laissons-le dormir. »

Facebooktwitter

Ecarte toi, si tu es un Autre!

Chez l’Homme, deux catégories ont toujours évité de se côtoyer. Les Humains et les Autres!

Si tu peux vivre, sans penser comme égaux ceux qui ne sont pas de ta Caste. Que tu les moque, sans vergogne, en Entre-Soi!
Tu n’es pas humain. Tu n’es pas un Humain. Tu es un Autre!

Certains Autres sont des Sang-purs. Nés Autres, ils sont parasites-prédateurs.

Je ne prête pas l’oreille à un Autre. Est-ce qu’il me la rendrait?


Si tu es un Autre, va-t’en, s’il te plaît!

Facebooktwitter

Pourquoi l’homme ne pense pas?

L’homme ne pense pas. Il préfère l’éviter.
A penser, trop de peurs ne peuvent lui être épargnées.
La peur la plus forte, c’est d’être écarté!
Son cerveau le conforte avec des biais, illusions faussées.

L’illusion la plus forte, il le sait, c’est que rien ne va changer!
Alors, il s’efforce de ne rien changer, de se faire ignorer.

Le futur n’est pas, du présent, un fac-similé!

Facebooktwitter

L’homme est con, ou quoi?

Si tu crois pouvoir longtemps:
— Partager en monopolisant
— Compenser en dévorant
— Donner en convertissant

Ou:
— Sauver en éradiquant
— Libérer en opprimant
— Protéger en discriminant

Si tu veux:
— Devenir maître en étant servant
— Faire le modeste en tonitruant
— Promettre en mégotant

Tout aussi stupide, vouloir:
— Conduire en dormant
— Téléphoner en nageant
— Vieillir en rajeunissant

Malhonnête, traître à tout engagement!
C’est peut-être deviser en serpent que de t’imaginer disparaître à la fin, en couinant.
Potion amère que le fond restant!

Un a dit:
L’humanité, c’est comme de la merde séchée. Tant que tu ne mets pas le doigt dedans, ça ne sent pas mauvais!

Facebooktwitter

Tralala-Lalère!


Tralala-lalère,
Tralala-lali!

S’est perdue, la bergère.
Au cul, gars du pays.
Trois pour la satisfaire,
Elle a trop d’appétit!


Tralala-lalère,
Tralala-lali!

Au feu, la sorcière.
Tondons la brebis.
Genou, à la prière.
Et nettoie ton coutil!


Tralala-lalère,
Tralala-lali!

Obéis au père.
Vas voir du pays.
Un avé, trois pater.
Et pourfends l’ennemi!


Tralala-lalère,
Tralala-lali!

Le loup a pris le père.
Reviens t’en au pays.
Retournes à la bergère.
Et grandit ton petit!


Tralala-lalère,
Tralala-lali!

Tralala-lalère,
Tralala-lali!
On danse la Saint Naguère.
Et à la Pâques aussi!

Tralala-lalère,
Tralala-lali!


Tralala-lalère,
Tralala-lali!

Facebooktwitter

Je t’explique, Minnie!

Un poème,
C’est bredin.
Un grand J’aime
Souverain!
Encore J’aime,
Il est saint!

Trop discret!
Trop de rimes?
Il est vrai
Et ultime.
Soit mauvais,
Soit Sublime!

Il t’éveille,
Prends sommeil!
Par la frime,
Il est craint.
Pour l’intime,
Il est sain!

C’est vers toi
Qu’il s’envoie.
La bêtise,
Il en rime.
La franchise,
Il la prime!

Il se gâte,
Maladroit!
Il épate,
Quelques fois.
Il éclate,
De vive-voix!

Un poème,
C’est certain,
Les problèmes,
Les étreint!
Un poème,
C’est certain,
N’est pas blême,
Mais demain!

Convaincu
Ou amer!
Il est clair,
Passe-droit,
Ambigu
A la fois!

Absolu
Et sincère.
Semble plaire,
Certaines fois.
Mal perçu,
Une sur trois!

Un poème,
Il dit quoi?
C’est un J’aime
Tout, ma foi!
Un Je t’aime,
Certaines fois.

Là, c’est pur.
Là, c’est sûr!
Un Je t’aime,
Cette fois!
Toi, je t’aime.
Je t’aime, Toi!

Facebooktwitter