Toutes seules!

L’enfant du viol, là-bas, va-t’il apprendre à parler?
Cela dépend de ce que sa mère pourra traverser!

Facebooktwitter

Avec trois mots seulement,

Avec trois mots,
Que peut-on dire?

Et avec deux mots
Et un Expire?

Et avec un mot,
Un Inspire, un Expire?

Plus un mot, plus un mot!
Je respire, je respire!

Facebooktwitter

Plaît-il?

Une plaie, ce petit personnel!
Je vais devoir m’en occuper, moi-même.
Ecartez-vous, bande de d’imbéciles.
Je vous montrer comment on s’y prend!

Tu fais bien transpirer tes aisselles.
Tu t’agites, sans résoudre le problème.
Tu comprends que ce n’est pas facile
Et que, pour eux, tu n’es qu’un arrogant!

Facebooktwitter

Enfin, elle!

« C’est la seule qui compte. Je ne vois plus qu’elle! »

Je ne sais pas combien de fois, tu nous as dit cela!
Je te crois, certaines fois. Je te crois, quand je le vois.
Quand je vois, de mes yeux, danser la flamme de tes yeux!

Facebooktwitter

Tic-tac!

Tu voudrais arrêter le temps
Car il te fait trop cavaler.
Si tu voulais te poser vraiment,
Tu t’y serais, déjà, essayé.

Essaie d’enlever la trotteuse
De cette montre si nerveuse.
Ton angoisse va un peu se calmer.
Ce sera toujours ça de gagné!

Facebooktwitter

Sieste!

J’ouvre doucement mes yeux.
Des nuages blancs
Colorent la voûte des cieux,
De bleus différents.

Tout là-haut, les hirondelles
Sont points, noirs et blancs.
La buse s’appuie sur ses ailes
Et s’en va, planant.

Je regarde, sur le dos,
Mon morceau de ciel.
Il n’y a rien de plus beau,
Je reprends sommeil.

Facebooktwitter