Un peu comme ça était!




Mais, ça se passerait,
Quand il sera plus tard,
Un peu comme ça était,
Quand on disait bonsoir.

Un temps pour les regrets,
A vomir son caviar.
Je sais pas si tu sais,
Mais, dehors, il fait noir.

Mais, ça se passerait,
Au poisson les nageoires,
Un peu comme ça était,
Quand il est pas trop tard.

Fait un temps de navets,
A manger des trottoirs.
Je sais plus où tu es
Et je suis dans le noir!

Facebooktwitter

On continue à errer!



Le temps que le temps se lasse,
Les choses ont un peu changé.
On a bien perdu la trace
Et on doit plus se serrrer.

Le temps que le temps se fasse,
Il nous faut bien composer
Et effacer toutes nos traces,
Pour continuer d’exister.

Le temps que le temps se passe,
La Terre a bien des années.
Et, un peu comme des limaces,
On continue à errer!

Facebooktwitter

Je crois, c’était des gens!


Sous un ciel de gris-orage, ils marchaient à-peu-près.
La vieille était chargée comme le serait un portefaix.
La plus jeune tirait la brouette et l’enfant chantonnait.

Vous pensez qu’ils reviennent des champs, des bois?
Vous n’y êtes pas, ils viennent de bien plus loin que ça.

Dans un coin, sous l’ombrage, la vieille cacha l’enfant.
La plus jeune courrait pour attirer, sur elle, les agents.
Ils ont enlevé la jeune et ils ont tué la vieille et l’enfant.


Cachez-vous de l’orage, quand vous êtes innocents!

Facebooktwitter

Rien de pire que le Noir!


Cela a pu se faire
Et puis c’est arrivé,
Par le plus grand hasard.

Mon histoire vient de débuter,
Je suis à peine un tétard.
Si je veux me la continuer,
Je dois bouger mes nageoires.

Cela a pu se faire
Et ça va perdurer.
La vie va quelque part.

Mon histoire va se continuer,
Je fais parler mes mâchoires.

Je saurai me faire société.
C’est moi, le roi du bazar
.

Cela a pu se faire,
Mais ça peut s’arrêter.
Rien de pire que le Noir!

Cette histoire que j’ai racontée,
Elle a ceci de bizarre :
On doit y vivre, pour la conter,
En digne fils du
hasard.

Facebooktwitter

La grande migration!


On encage la plaine.
On y fait une allée
Où les vaches de semaine
Viendront pour se garer.

Tout va bien dans la plaine,
Le bonheur est entier.
Et les vaches de semaine
S’appliquent à bien brouter.

Au centre de la plaine,
Il y a un musée
Où les vaches de semaine
Viennent se faire encadrer.

On est bien dans la plaine,
On y attend l’été.
Et les vaches de semaine
Se plaisent à bien bronzer.

Pas d’ombre sur la plaine
Où tout est desséché.
Et les vaches de semaine
Tardent un peu à douter.

Puis on voit de la plaine,
Dans leur camp retranché,
De ces vaches de semaine
Qui sont bien installées.

Dans un coin de la plaine,
Viendront se réfugier…
Et des vaches de semaine
De toutes les variétés.

Tout au bout de la plaine,
Une foule s’est rassemblée.
Et les vaches de semaine
Recommencent à migrer!

Facebooktwitter

On est à l’ouest, en Eden!


Chacun pour sa gueule
Et tous à gueuler.
On n’est pas bégueule
Et on sait danser.

C’est un parcours inachevé,
Sous un azur bien sinistré.
C’est un futur ensommeillé
Qui n’a plus le droit de rêver.
C’est un concours inadapté
De concordances et d’intérêts.

Si l’on s’affolait de danser,
Si on jouait à s’amuser.
Si on pouvait, ça fait rêver,
Si on apprend à respecter…

Tu vas voir ta gueule,
Petit énervé.
Tu restes bien seul
A nous résister.

C’est de l’air pur exonéré,
Une couverture très malmenée.
C’est une histoire intéressée
Qui fait semblant de communier.
Un air de fausse sérénité,
En des circonstances aggravées.

Si on pleurait tous les décès,
Si l’on savait se conjuguer.
Si on protégeait les après,
Si on apprend à respecter…

On n’est pas tout seuls
Et on sait rêver.
Le bois du cercueil
N’est pas assemblé.

C’est un futur perfectionné,
Fait d’horreur et d’insanité,
Pour la vie et l’humanité.
On peut faire pire? Faut vérifier.
Il vaudrait mieux rétro-acter,
Sinon notre Eden va changer!

Si on osait entre-échanger,
Si on se disait la vérité.
Si l’on savait se témoigner,
Si on apprend à respecter…

Facebooktwitter

C’est temps de guerre!


C’est un réservoir d’âmes,
Pour un désert.
On s’en fout si tu crames,
Tu vaux pas cher.

Une pensée pour les dames,
C’est le dessert.
Je vais chanter ma flamme
Et me la faire.

C’est un réservoir d’âmes
Qu’on met aux fers.
On se moque des drames,
On laisse faire.

Où sont nos oriflammes?
C’est temps de guerre.
On fait de la réclame,
On vend pas cher!

C’est un réservoir d’âmes,
Coeurs à l’envers.
Si jamais tu t’enflammes,
On te fait taire.

Facebooktwitter