Histoire avortée!


Il y a un ver, dedans ces tunnels.
Au moins un et pas des moindres.

Entrez là-bas, nettoyez tout ça.
Surtout, n’utilisez pas de caméra!

Pas de caméra, c’est pas d’œil électronique. A l’ancienne!

Alors, personne n’a accepté d’entrer dedans ces tunnels.
Moi, solidaire, je n’ai pas écrit la suite. Fais-le, toi-même!

Facebooktwitter

Sur tes pattes d’échassier!


T’es pas rentré dans l’eau que tu commences à couiner.
Les frangins, qui t’arrosent, t’appellent poule-mouillée.
Au bout de vingt minutes, tes vœux sont bien clarifiés :
Pendant que vous vous noyez, moi, je reste à échasser.

La grâce vient te visiter et tu t’emmêles dans tes pieds.
Et tu te fais le grand plongeon, dans cette eau sinistrée.
Tu te remues dans l’eau, en apnée, tu reviens t’échouer.
Tu restes assis, le cul dans l’eau, tu t’amuses à bronzer.

C’était hier ou bien le printemps dernier. Là, c’est en été.
Ce matin, à la fraîche, on y est retournés. Tu t’es baigné.
Moi, je la trouvais un peu froide, alors j’ai un peu hésité.
Tu m’as dit: « Elle est bonne, tu devrais aller te tremper! »

Les jolis baptêmes que les gamins se font par eux-mêmes!

Facebooktwitter

La geste de Thoringé!


Déjà, Thorin est myope
Et il a un gros nez.
De grands poils de carotte,
L’ordinaire Thoringé.

Comme sa geste interlope
Commence à le gonfler,
Il se refume une clope,
Décide de se barrer.

Il chope une escalope
Qui venait à passer.
Une bizarre escalope
Qui pouvait se flotter.

Entre cette escalope,
Et le fier Thoringé,
Tenez-vous l’échalote,
Le courant est passé!

Lors, la belle escalope
Secoure le naufragé.
Elle s’étire, l’enveloppe,
Un peu comme une bouée.

Sortir du microscope
Et ce, sans se noyer.
Dans sa preste enveloppe,
Thoringé va palmer!

Dans une île de cyclopes,
Vient s’échouer Thoringé.
Il partage toutes ses clopes,
Pour tenter d’amadouer.

Les accueillants cyclopes
Ont bien vite adopté
Et la belle escalope
Et l’humble Thoringé.

Se dessèche l’escalope
Et vieillit Thoringé,
Dedans l’île des cyclopes,
Selon le temps qu’il fait.

Il protège l’escalope,
Comme un trésor sacré.
Dedans l’île aux cyclopes,
Difficile à masquer!

Il adore l’escalope,
Comme une divinité.
Il se garde l’escalope,
En cas d’œil tuméfié!


Facebooktwitter

Tu te tournes, derrière toi!


Tu te tournes, derrière toi,
Petit frère est dans l’eau.
Et il pleure, il se noie.
Toi, tu sautes aussitôt.

Tu te plantes, jusque là,
La vase bloque ton galop.
Et ton frère, il est là,
Un peu caché sous l’eau.

Et tu cries, tu te bats.
Mais, tu n’es pas bien gros.
Tu alertes qui voudra,
En pleurant sur tes mots.

Ton père ne comprend pas,
Il fonce comme un taureau.
Il te pousse, tu te noies.
Il repêche le marmot.

Et puis toi, sous son bras,
Il remonte aussitôt.
Ta mère est déjà là,
Elle répare le frérot.

Toi, tu trembles de froid,
Ton père attrape ta peau.
Il te serre, il te broie,
Sans avoir dit un mot.

Et cela finira,
Autour du brasero.
Petit frère crie de joie.
Tu repenses à tantôt.

Vous êtes bien, tous les trois.
Le petit fait dodo.
Dans les bras de papa,
Tu éclates en sanglots!

Facebooktwitter

Pour un geste commercial!


Et tu demandes un plat
Qu’on n’a pas, en cuisine.
La serveuse ne sait pas.
Alors, tu l’assassines!

Tu te prends pour le roi,
Tu bouscules la gamine.
Tu fais venir à toi
Le grand-chef de cuisine.

Un geste commercial
Et tu es unanime.
Tu veux ton plat spécial
Et rien payer, en prime.

Tu menaces, de ton doigt,
Le chef et la gamine
De crier sur les toits
Qu’ici on assassine.

Il est parti, tu crois?
Non, il est en cuisine.
Il voudrait, pour son chat,
De ces os qui marinent.

Facebooktwitter

A remâcher ses mots!


A remâcher ses mots,
Sans rien dire de nouveau,
On se trouve au bistrot
Ou on boit l’apéro.

Et, quand la ritournelle
Sort du coin du chapeau,
On se rit, des aisselles
Et on garde le tempo.

Un jour, un travelo
A renversé l’auto.
C’est le jour où Toto
A fait son numéro.

Ça ne fait pas Noël.
Mais, ça sent le tango,
Un vieux parfum d’aisselles
Et le printemps nouveau!

Facebooktwitter

Bonjour, je voudrais!



Bonjour! S’que tu aurais
Du cheddar au fromage,
Un baume pour les regrets,
Une nuit de naufrage?

Je voudrais, s’il te plaît,
De la bière sans ambage,
Le cri de ce qui naît
Et un autre fromage.

Et après, je voudrais
Un peu de commérage,
De la glace aux engrais
Et un grand retour d’âge.

Après ça, je voudrais
Que tu m’aimes davantage.
Et je te donnerai
De mes plus belles images!

Après, je partirai
Retrouver le voyage,
Emportant mon duvet,
Pour dormir sur la plage.

Ça peut que tu saurais
Le chemin de la plage?
Et, quand tu fermerais,
Tu viennes voir les nuages!

Facebooktwitter

Convoquez l’Assemblée!



Je suis en ambassade,
Je rejoins l’assemblée.
Et je monte sur l’estrade,
Le silence à mes pieds.

Ce n’est pas une histoire
Et c’est la vérité.
Consultez vos mémoires,
C’est déjà arrivé.

Il n’y a plus rien à dire,
Sur ce qui s’est passé.
Des malheurs à venir,
Ce n’est que le premier.

Je ne vous dirai pas
Ce qu’il faut décider.
Ne compte plus ma voix,
Car je suis le dernier.

On a encore le choix,
De nous réunifier.
On a encore le droit,
De mourir en guerriers.

Je descends de l’estrade
Et je suis bien traité.
Sur un fond de bravade,
Se prépare l’unité!

Facebooktwitter

Dans ces milieux avertis!



Et puis il reste là-bas,
A simuler la folie.
C’est à dire : c’est pas moi,
Tout le monde l’avait compris.

On ne parle qu’à mi-voix,
Dans ces milieux avertis.
On donne sa langue au chat,
Pour un peu qu’on ait trahi.

Et puis il reste là-bas,
A nous faire sa comédie.
On le sort vite de là,
Car il n’a jamais trahi!

Facebooktwitter