S’Nicoula da Bié, triptyque!

J’irai dormir dans les bois.

J’aime bien le vent dans les arbres quand il se cogne un peu partout.

Arbres musiciens! Bouleau sur la lande et longs sapins qui m’abritent se répondent. La chouette. Les pas feutrés. Les craquements. Tout à coup insectes et oiseaux. Fanfare, concert de nuit? Couché sur le sol, Hollywood tout là-haut!

Mes pas dans la salle de spectacle sont un éboulement. Silence!

A la St Nicolas,

On déjeune à la terrasse de l’auberge. C’est simple et bon! C’est la fête au village; ça braille dans tous les coins. Le sourire de la jeune serveuse est radiant.

Beaucoup de couleurs dans les vêtements des femmes. Des touristes allemands en goguette! Les clochent sonnent midi. Un chien boit à la fontaine et s’insinue dans la foultitude des jambes endimanchées.

Un cycliste sur ses godasses à cales. Il vient demander de l’eau. Il a la tétine de sa gourde dans la bouche; il marche comme un pingouin. On dirait un extra-terrestre!

Deux cafés, s’il vous plaît!

All-focus

Par chez nous!

Un des trucs qui font que la vie est belle, c’est qu’on y rencontre des gens. A l’effleurée ou en Parler-vrai, ça se vaut!

On bute sur une montagne à la sortie du champ. On va à St Nicolas pour entendre chanter le vent. Des temps de montagne, toute l’histoire est là!

Il y a des moustiques. Je me demande comment ils font.

Facebooktwitter