Changement Climatique, Danger Avéré!

Avec vos Clims de riches, vous pensez échapper aux 50 degrés. Quelle vie, alors? Combien de temps, cela peut durer?

Les enfants des autres et même les vôtres ne seront pas épargnés.

Je ne vous lâcherai même pas une sauterelle. Elle a droit à sa vie privée! C’est un holocauste qui menace. Toute vie est sacrée!

Ce que je dis vous indiffère! Êtes-vous à ce point dégénérés?

Facebooktwitter

Aux militants criminalisés!

Gilets de toutes couleurs, citoyens engagés. Êtres de bonne volonté!

Quand je vous vois passer, manif irisée, je marche avec vous, ne serait-ce que par la pensée. La fois d’après, du cortège, il ne reste que la moitié. Où sont-ils? Ont-ils été massacrés? Pas encore, ça ne saurait tarder. Mais matraqués, gazés, ligotés, enfermés!

Pour risquer de bousiller sa vie familière, il faut être motivé!

La noblesse d’âme d’humain intégré à sa Terre est de votre côté. Rien à voir avec la bassesse et les manières du camp opposé!

Mes frères, je viens vers vous sous ma bannière :
— En rempart! Pour la Vie, Parents Désespérés! —

A ceux qui me montreront leur pouce en me disant : « Bien, la pancarte! » ou « J’en suis aussi! », je réserve les plus beaux sourires de mes vieilles dents.

Je vous envoie ça pour vous soutenir et vous escorter. Je n’ai rien d’autre. Enfin, pour l’instant!

Facebooktwitter

Extinction Rébellion!

Désobéissance civile, révolution communicatrice ne sont pas infantiles. Ces gens-là ont raison. Ils ne lèvent pas une main morte. Ils préfèrent l’action. Non violente, participative et auto-gérée! Ils sont un fanal dans l’obscurité.

Il y a tant de mouvements qui s’affairent. Signe de temps derniers! Le votre est exemplaire, toujours renaissant, régénérant.

Entre le mal et le bien, il faut toujours nuancer. Mais, quand le mal fait mal, il ne faut plus accepter!

Je viens vers vous, sous ma bannière :

— En rempart! Pour la Vie, Parents Désespérés!

X R, je vous rêve taille XXXL!

Facebooktwitter

Ton petit coeur qui palpite!

Je t’ai trop vu souffrir. Je t’ai trop peu vu rire!

–Ton petit coeur tendu vers moi! Tes yeux brillent quand tu me vois. C’est pour moi.

–Ton coeur qui palpite, ton corps habité. Corps vivant, coeur palpitant. C’est pour toi.

— Ta vie de petit homme. Chose qui me manque à moi, car que tu ne l’as pas eu, toi!

Non, ta vie qui existe, pas ton âme qui abdique!

Tu avais froid. Je voulais te réchauffer. Entre nous, ce n’était pas tiède mais brûlant. Il n’y a qu’à voir le feu mordant qui consume le survivant.

Tu es Pierre, beau petit homme, en ma mémoire. Mon tout petit à moi, mon petit coeur sur pattes!

Facebooktwitter

Joyeux Noël, Pierre!

Pouvoir te sourire, sans plus souffrir, c’est de l’ordre du rêve, du mirage.

Le puits de souffrance, où je me trempe parfois, est toujours si profond et si rance! Epines de douleur à l’infini, marteau de malheur pour mon esprit!

Quelquefois, on se voit. Même si c’est fini!

Je voudrais que tu puisses, toujours, être fier de moi, mon petit trésor sur pattes!

Facebooktwitter

Allô, c’est Ursula!

Allô, madame! Pardon, monsieur. Je me présente. Je suis Ursula, de la plateforme « Je m’invite! » ! D’abord, monsieur, dîtes-moi, combien avez-vous d’abonnements?

Chère madame Ursula,
Ce que vous évoquez me fait le même effet que si vous me demandiez dans quel tiroir je range mes slips. Je suis au regret!

Facebooktwitter

En vieillissant…

Se dégrader avec le temps!

Que vais-je perdre d’abord?

Pouvoir marcher? Garder ma tête?

Perdre la communication avec les autres, voilà quelque chose qui m’effraierait profondément!

Facebooktwitter

Respect, les Gilets!

Il craindrait les gilets,
S’ils occupaient l’espace.
Il les prend au filet
Et leur crache à la face.
Il veut croire qu’il les soumet.

Ne pas être exposé,
Sur la place publique.
Et vous en dégager!
Montre bien sa vindicte,
Le pouvoir à protéger!

Tu voudrais nous faire peur
Et bien les isoler.
Je sais où sont mes frères.
Tu ne peux me tromper.

Tu te montres réfractaire
Aux vérités premières.
Tu te montres adversaire
Aux demandes primaires.

D’autres tyrans l’ont fait. On le sait!

A quand la démocratie?

Facebooktwitter

Au temps jadis!

Pieds dans la mare aux grenouilles,
L’eau n’arrive qu’aux genoux.
La belle mare s’est asséchée.
Pauvre en vie, riche d’engrais!

Adieu, les bêtes qui grouillent.
En une flaque laide, de boue,
La belle mare s’est transformée.
C’est fini. Plus rien après!

Si ce n’est pas ça, c’est ci
Et les cycles sont détruits.
Si ce n’est pas ci, c’est ça.
Et le vivant périra!

C’est la nature qui dérouille.
L’humain la met à genoux.
Bientôt, ils vont l’achever.
Car ici, rien n’est sacré!

On ne l’emportera pas au paradis.

Facebooktwitter

L’effet domino?

A la queue leu leu,
En marche, tout le monde.
A la queue leu leu,
Tout droit vers la tombe!





Ils nous envoient une sonde.
Merci, j’ai déjà voté.
Ils nous envoient une bombe.
Tous les êtres sont menacés!

Dis-moi, qu’est-ce que tu fais,
Dans la rangée d’à côté?
C’est tout qui disparaît.
On ne se voit qu’à moitié!

Allez, debout tout le monde!
On se remet en rangées.
Avant que la nuit ne tombe,
Dépêchons-nous d’oublier!

Pleurent le anges!

Facebooktwitter