Le crime phallique!



Las, ce discernement
Que l’on voit dans tes yeux,
Il ne tient pas vraiment,
Sur le bout de ta queue!

Ce ne sont pas hormones,
Mais un truc plus vicieux,
Qui se pointe quand elle sonne,
Ton heure d’être amoureux.

Et en bon gros pervers,
Tu affûtes tes yeux.
On crie à l’adultère,
Tu l’encules d’autant mieux!

Tu avais l’air normal,
Jusqu’à demain matin.
En plus d’être immoral,
C’est grandement malsain!

Facebooktwitter

Quel sale temps!


Oh mais, quel sale temps pourri!
Je vais mettre une musique de pluie,
On va tous pleurer.

Mais si ça dure, je regrette,
Je crois qu’elle est finie, la fête.
On va tous mourir!

Facebooktwitter

En une larme de temps!


Il n’y a pas si longtemps,
Est née une bestiole,
Genre Orang-dégoûtant.
Une sacrée bestiole,
Avec de vilaines dents!

Elle descend de son arbre,
Pour tout se conquérir.
C’est fou et c’est macabre,
Tout ce qu’elle peut détruire.
On ne taille plus, on sabre!

Maintenant, c’est l’alarme,
On va tous en souffrir.
La nature est gendarme,
Elle ne veut pas mourir.
Préparez vous aux larmes!

Facebooktwitter

Tu déconnes ou quoi?


Tu veux te battre avec lui
Car il n’est pas de ton avis!
Moi, je ne sais pas pour lui,
Mais toi, tu as de gros soucis.

Serait-ce parce que tu t’ennuies
Ou que tu as une vie pourrie?
Ce n’est pas être ennemi
Que d’avoir, aussi, son avis!

Facebooktwitter

On va régler ça, au gros sel!


Quels sont ces monstres de rue,
Qui peuvent t’avoir tant battu?
Qu’est-ce qu’ils ont fait à ton cul,
Pour t’avoir autant vaincu?

C’est encore ces gosses de riches,
Qui chassent les gueux, dans la rue.
Mais, qu’ont-ils fait à tes miches,
Pour que tu sois tant perclus?

Je vais chercher mon fusil,
Avec les balles pour les miches,
Et des balles pour les pourris.
Gros sel pour leurs chiens-complices!

Je vais prendre mon fusil
Et leur tirer dans les miches.
Ils vont courir vers leurs niches,
Bouffer leurs merdeux délices!

Je réponds à des sévices.
Je réponds à un abus.
Je leur renverrai leur vice,
En leur tirant dans le cul!

Facebooktwitter

Au petit cycliste!



J’ai dit à ton frère:
« Regarde-moi dans les n’œils! »
Il m’a dit que, toi aussi,
Tu lui parlais comme ça!
Bonjour à toi,
Petit enfant écureuil,
Sur son vélo de bois.
Bel adolescent
Qui sourit, déjà,
Comme la marguerite sourira!
Bonjour à toi, toi!

Facebooktwitter

A l’ère du Monsieur!


A l’ère du Monsieur,
On se gausse des gueux.
A l’ère du Docteur,
On joue avec la peur.

A l’ère du Monsieur,
On les casse comme des œufs!
A l’ère du Menteur,
On pense s’en sortir vainqueurs.

A l’ère du Monsieur,
On joue avec le feu!
A l’ère du Docteur,
On s’enfonce dans la peur!

Facebooktwitter