Les Adoleschiants, tome 1: Quand les mâles s’affrontent!


Il y avait un gamin fou
Et un petit poétriste.
Aussi un gros gars tout mou
Et un grand équilibriste!

Le moineau a les yeux doux
Et de petits doigts d’artiste
Dont il façonne la boue,
Quand il se veut alchimiste.

Ils se battaient dans la boue
Et se mettaient sur le pif.
Tous étaient au rendez-vous,
Deux jours avant le certif.

Le petit, déterminé,
A vaincu le gros mollo.
Les autres ont abandonné,
Sans affronter le marmot.

Si nul n’a vraiment gagné,
Personne n’a vraiment perdu.
Il ne faut pas l’emmerder,
Le petit roi du bahut!

Facebooktwitter

Les adoleschiants, tome 2: La geste de Joris!


Joris vient poser ses fesses
Sur son vélo-chevrolet.
Il est clair que sa vitesse
A fortement augmenté.

Il est passé par ici,
Il repassera par là.
Aujourd’hui, c’est mercredi,
Rider est parti tout droit.

Sa monture traverse la nuit
Et lui déroule un tapis.
La lueur est avec lui.
Suivons-le, c’est par ici!

Facebooktwitter

Aux premières heures du printemps!

Si cette mouche prématurée vient encore m’emmerder pendant ma sieste au soleil, je fais un nettoyage printanier et je vire toutes les araignées qui traînent encore dans le clapier!

Facebooktwitter

A bella cantora!


Bella bêlât,
C’est sa voix qui s’achève.
Bella met la
Main sur sa gorge en grève.

Bella mêla
Des glaviots à son rêve.
Belle, Bella,
C’est l’automne qui s’achève!

Facebooktwitter

Chaque moustique est le même!

Il appert que les moustiques ont un goût prononcé pour ma peau, en été.

L’insecte du ciel
Dit son aurore frêle
A la nuit qui chancelle.

Si ce dicton préserve la face du premier moustique qui me pique, il ne peut rien pour la peau du deuxième.

Facebooktwitter

Va chercher ton trésor!

Si tu as peur que cette nouvelle année te soit encore stérile, va chercher le trésor que tu as caché en ville. Enterre-le, comme on plante une graine, dans un de ces champs où le sol est encore fertile. Quand il prendra racine, ta nouvelle année se fera nubile, de soleil et d’or!

Facebooktwitter

Le Covid fait société!

J’ai croisé, l’autre jour, sur le trottoir de la ville, un mec pas tibulaire mais presque, au regard constipé. Une racaille de série, un peu limité et déjà décoté. Il avait le nez à l’air (Il aurait aéré sa quéquette aussi, s’il ne craignait pas de se les geler). Il avançait en conquérant… Avec, de loin, un regard de tueur appuyé!
Je me suis arrêté, j’étais toussé dans mon coude, genre: je vais crever et j’ai attendu pour le regarder passer. Il a remis son masque sur son nez et a regardé de l’autre côté pour éviter mes yeux qui gentiment lui souriaient, puis il m’a contourné.
Le Covid me semble, déjà, faire société!

Facebooktwitter