De ces êtres doux et beaux!



Ces êtres doux et beaux,
Ces si gentils têtards,
On les balance trop tôt,
Dans ce monde de crevards.

Ils veulent ton attention
Et ils sont pleins d’espoir.
Tu les laisses, sans raison,
Et ils tombent dans le noir.

Ces êtres doux et beaux,
Ces si gentils têtards,
On n’écoute pas leurs mots,
On les laisse au placard.

Et quand ils sont ados,
Ce vilain désespoir,
Qui leur colle à la peau,
Atrophie leurs nageoires.

Ces êtres doux et beaux,
Ces si gentils têtards,
On les balance trop tôt,
Dans ce monde de crevards.

Facebooktwitter

Le patient de la chambre 102!


Le patient de la chambre 102,
Cette fois, c’est un vieux monsieur.
Il respire mal, il manque d’air.
Il fait des bulles, dans son désert.

Le patient de la chambre 102
A de longs sourcils broussailleux,
Qui lui donnent un air si austère,
Qu’on en oublie ses beaux yeux clairs.

Le patient de la chambre 102
N’en est pas encore aux adieux.
Donc, ne l’enterrez pas trop vite.
Aidons-le, pour qu’il ressuscite!

Le patient de la chambre 102?
Oh, il va vraiment beaucoup mieux.
Il est complètement guéri,
Il lui tarde de rentrer chez lui!

Facebooktwitter

L’enfer est froid!



Le sentiment de solitude,
C’est quelque chose de sournois.
Même si on en prend l’habitude,
On a toujours un peu froid.

Et, tout seul, entouré de vide.
On a des frissons de peur.
Un cercle vicieux et perfide
A détruit notre bonheur.

On ne sait vers qui se tourner,
Pour trouver du réconfort.
On est dans un enfer glacé,
A la fois vivant et mort!

Facebooktwitter

A chaque carrefour!


La vie est un détour,
Bienvenue ici-bas,
Qui met un carrefour
A chacun de nos pas.

A gauche, on recommence.
A droite, c’est le trépas.
Si on a de la chance,
On ne s’arrête pas.

Repartir en arrière
Ou allonger le pas?
Traverser la frontière
Et puis aller tout droit!

La vie est un détour,
Bienvenue ici-bas,
Qui met un carrefour
A chacun de nos pas.

Facebooktwitter

Have a breath!

Calme-toi et respire,
Respire pour te calmer.
Calme-toi et respire.
Alors tout va changer!


Mais, vois-tu, ton inspire
Ne va pas t’inspirer.
Car c’est par ton expire
Que tu peux exister!

Calme-toi et respire,
Respire pour te calmer.
Calme-toi et respire.
C’est toi qui va changer!

Facebooktwitter

Les maîtres de la guerre!


Les maîtres de la guerre,
On vient de les convoquer.
Les barbares, les chimères
Se rangent à leurs côtés.

Nos dieux, qui ont pris peur,
Regardent de l’autre côté.
Le silence et l’horreur
Règnent sur la vallée.

Tout au long de la crête,
On voit de grands feux brûler.
Les armées sont fin prêtes,
Ils vont bientôt charger.

Ce n’est pas une histoire,
Que je pourrais inventer.
Consultez la mémoire,
Tout va recommencer!

Facebooktwitter