Un choc perpétuel!

Ou comment dire l’horreur!

Voilà le monde parfumé, plein de
rires, plein d’oiseaux bleus, soudain
griffé d’un coup de feu
Un monde neuf où
sur un corps qui va tomber grandit une tache
de sang

B. Vian

Facebooktwitter

Semeurs…

Pour Fernando,

Nous nous sommes rencontrés à l’aube de mes  quinze ans. On s’est  aimé, on s’est aidé. Trois beaux enfants sont nés, ont grandi et fait des petits.  Papy et mamie! De trois princesses, pour le moment. A tout jamais, par eux, notre vie continuant! Vieillissant, complices et aimants.

C.

Facebooktwitter

Un véritable ami?

Il tend sa main quand tu en as besoin.

Tu comprends vite que de toi, il se soucie.

Il t’aidera à reprendre  goût à la vie.

C’est celui qui te donnes des conseils, qui t’éveille.

Celui-là ne juge pas, ne repousse pas. Il est là!

Alors, c’est à lui que tu te confies, quand tu as des soucis.

C.

Facebooktwitter

Les deux gamins d’à côté…

D’abord Kilian.

L’enfant s’assoit par terre, sur le balcon. Le chat de la maison, le chien viennent à lui. Chacun bientôt couché à son côté. Il a les bras étendus. Il les caresse! Voilà qu’ils s’endorment, en confiance, apaisés pour le moins.

C’est quoi sa magie? C’est qui celui-là? J’ai beau m’y connaître, je reste sur le cul!

Très intelligent. Attachant!

Il me raconte une histoire.

On a eu pas mal de moments. De grandes palabres! Je lui parle comme à un grand, avec des mots à sa taille évidemment.

— « Il faut écouter les adultes. »

— « Oui, mais il faut écouter les enfants aussi! »

Il n’a que huit ans. C’est tout un poème!

Il a de ces « Bonjour, comment tu vas? Moi, cet après-midi, je vais… » Prolixe et verbé. Un trésor aux yeux de ceux qui se le cognent!

Son frère, Joris.

Quatorze ans, il s’éveille.

C’est lui, la première personne qui a validé mon jardin sauvage . Clairement admiratif! « On dirait la campagne, chez toi. » Merci, Joris.

Il m’ a apporté des bestioles pour mon bassin.

Intelligent, lui aussi. Le menton fendu! Probablement un être doux.

Il veille jalousement sur son frère. Même s’il a parfois envie de l’étrangler ou de lui faire une crasse.

Le premier couplet de la chanson de vie de leur mère!

Longue et belle vie à eux deux!

Facebooktwitter

Ooh! Après moult voyages, poser mon encre dans un port. Pavé numérique freinant ma mémoire chimérique. Je crie de ne pouvoir ancrer sur du vélin la langueur de la vie!

P.

Facebooktwitter

S’adapter ou périr

Les draps de ma chambre refusaient de me lâcher…

La voix tonne. Sourire d’ange, éclairs! Commencement, ça rampe et respire.

Une nocturnelle désemparée passe au-dessus de moi en bruissant.

Des chamelots boivent, bientôt prêts pour la grande traversée. Le petit marche entre les pattes de sa mère, à l’abri du soleil de plomb qui atterre.

Les fourmizes protègent leur gigantesque tour-forteresse de paillettes de mica.

L’homme-gobelin, sous terre, attend la nuit patiemment. De touffes d’herbe à gousses, il se fait un viatique.

Un mouvement à l’est. Apparaissent les premiers grouillants. Cannibales et grégaires, survivants ! Leur monde est tout sauf vert. L’eau des corps appelle les dents! Tout leur fait ventre. Ils sont craints comme le fut leur ancêtre en son temps.

Oh, le cauchemar! Je m’extirpe de mes draps et vais regarder, à ma fenêtre, le Vert-Monde.

Homme, revois ta copie pour ne pas être aux abonnés absents!

Facebooktwitter

Temps de chiens?

Quand je regarde le chien. Que je ne le comprends Pas!

Ado réclamant encore câlins, il est aussi vieux que moi!

Parce que trop attaché?

Sensible à l’exclusion, fataliste! Trop dépendant pour être rancunier?

Il a instauré des rapports de meute. Claquement de doigts de l’alpha! Conditionné pour obéir, il se soumet.

Domestiqué pour l’agrément, il connaît la double peine!

Parce que trop tôt attaché?

Quand il attend, il dort. Je sais qu’il rêve.

Errances, nez vif et de temps en temps, un cauchemar.

Molosse, mon chien, a peur dans les bois!

Parce que trop longtemps attaché?

D’une demi-vie , il devra se contenter!

Et le chat?

Chasseur. La nuit, pour le territoire!

Depuis moins longtemps avec nous, il n’est pas encore totalement domestique. Mais ça viendra!

Une amie trouva un jour, en bas de chez elle, des chats enfermés dans un clapier à lapins. Elle leur ouvrit en douce, le soir même. Elle les retrouva dans leur cage ouverte au matin!

Facebooktwitter