Au temps jadis!

Pieds dans la mare aux grenouilles,
L’eau n’arrive qu’aux genoux.
La belle mare s’est asséchée.
Pauvre en vie, riche d’engrais!

Adieu, les bêtes qui grouillent.
En une flaque laide, de boue,
La belle mare s’est transformée.
C’est fini. Plus rien après!

Si ce n’est pas ça, c’est ci
Et les cycles sont détruits.
Si ce n’est pas ci, c’est ça.
Et le vivant périra!

C’est la nature qui dérouille.
L’humain la met à genoux.
Bientôt, ils vont l’achever.
Car ici, rien n’est sacré!

On ne l’emportera pas au paradis.

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *