A quand, l’égrégore?

Des égrégores, il y en a plein qui existent et nous incorporent. Il y en a qui agissent.

Ici, c’est terre d’asile. Une arche symbiotique, où les êtres interrogent leur commun, puis interagissent. On a construit la base, la sécurité, comme dans bien d’autres endroits.

Il nous manque une arme. Un égrégore de combat. Forcément non-violent et très incorporant. Qui nous force à nous rencontrer!

Je vois ça, un peu comme ça. Je peux me tromper. Mais il y a une chose dont je suis sûr :

On est tous reliés!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *