Les deux petits indiens et les totems!

Je connais une jolie histoire d’indiens. Je vais te la raconter…

La Quête des Plumes Dorées!

Chatipre 1 : Au village!

Tout était paisible au village. On faisait ce qu’il y avait à faire pour la communauté. Le reste du temps, on l’avait pour soi. Alors, soit on faisait un truc avec les autres, soit on vivait pour soi. Ou on allait se balader dans les bois!

On était au début de l’été. Il faisait beau et il avait plu. Les récoltes et la cueillette s’annonçaient bien. De beaux jours pour ce peuple, indien jusqu’aux doigts de pieds.

« Pieds nus sur la terre sacrée! », c’est leur maxime . Bon sens, sens de l’appartenance!

Toutes les tribus n’étaient pas nomades, ni carnassières.

Je sais, mon bonhomme, c’est un peu compliqué. Mais, ce n’est pas pour toi. C’est pour ton père, celui qui va te lire cette histoire. C’est pour qu’il se situe et puisse tout t’expliquer!

Allez, on y va!

Chatipre 2 : Nos deux petits bonshommes!

Retournons au village. Quand tout est paisible, on pense : rien ne bouge. Pas là, non! Deux papooses, c’est comme ça qu’on appelle les enfants là-bas, deux garnements irréductibles venaient tout gâcher.

Tôt, ce matin, les deux compères étaient partis s’entraîner au combat. Drôle d’idée pour leurs aînés, pacifistes et en paix avec les tribus d’à côté.
S’entraîner, c’était, en fait, se taper dessus avec des bouts de bois. Ils se mettaient de sacrées raclées. A croire, à voir tous leurs bleus, qu’ils étaient des indiens tachetés!

Mais, attends! Je ne te les ai pas présentés, ces deux petits anges, sympathiques et prêts à tout essayer!

Deux garçons de dix ou douze ans. Rien ne les distinguait des autres petits indiens.
Minces, tout bronzés, une vague culotte en cuir, des mocassins. Un collier coloré, de longs cheveux noirs, nattés.
A bien y regarder, on voit une légère différence, c’est vrai. Les yeux de ces deux-là brillent plus. Et cette envie de bouger!
Deux vrais aventuriers, ils s’appellent : Plume de grenouille et Doigts dans le nez !

Chatipre 3 : Les plumes dorées!

A parler entre elles , leurs mères comprirent quelle était leur nouvelle marotte. Ils voulaient une plume dorée!

Les plumes dorées étaient la fierté de la tribu.
Ces indiens pacifistes virent, un jour, s’installer sur les hauteurs, les derniers aigles-dorés. Fuyant les alentours des tribus guerrières plus lointaines, les aigles-dorés s’installèrent ici, où, à part leur voler quelques plumes, on les laissait en paix!

Une plume dorée! La question est d’importance. Les deux mères et leurs maris allèrent consulter l’Aîné. L’Aîné prit quelques jours pour répondre. Il observa les signes et convoqua les deux enfants.

Depuis quand s’intéressent-ils au combat, au fait? Depuis qu’ils ont vu revenir Nez cassé, le grand frère de Doigts dans le nez, avec une plume dorée! Pacifiste, Nez cassé s’est pris une raclée. Il est revenu avec une plume et le nez cassé. La plume, il l’a volé à son agresseur, avant de s’échapper.

Chatipre 4 : La tribu et les totems!

Créés par un sorcier des temps anciens, les totems protègent la tribu. Pacifiste et animiste, elle s’est liée aux animaux et à tous les êtres de la terre.

Aucun peuple ne voudrait entrer en guerre contre tous les êtres de la terre.
Aucun peuple ne voudrait voir s’en aller, ses animaux domestiqués et son gibier.

Les totems les plus puissants sont le bison et le serpent. Ces deux-là sont comme une arme de dissuasion. Il vaut mieux, certainement, que ce soit une tribu pacifiste qui en ait le commandement.

Aussi, les totems sont-ils attribués avec discernement.

Chatipre 5 : Avec l’Aîné!

L’Aîné fumait le calumet, assis près du feu. Il avait l’air de ne pas avoir remarqué les deux papooses qui venaient d’entrer. C’est vrai, le vieil indien faisait un peu durer. Il s’amusait, à regarder les deux enfants se tortiller. Il faisait exactement comme tes parents et moi, nous faisons, de temps en temps, avec toi.

Plume de grenouille craqua le premier. Il dit à l’Aîné qu’il avait du être un grand guerrier, pour avoir gagné autant de plumes.
« Je ne me suis jamais battu et je ne le ferai jamais. Mon père avait, pour totem, l’aigle-doré. Alors, à ma naissance, le roi des aigles lui fit livrer un panier empli de plumes, de belles plumes dorées! »

Doigts dans le nez, déçu, fit remarquer qu’avoir dans ses totems, l’aigle-doré, ça doit drôlement aider.

« C’est vrai. Mais, si l’on n’est pas un grand guerrier et si l’on n’est pas prédestiné, c’est un autre moyen qu’il faut trouver. »

— « Vous en discuterez avec vos totems. Ils sont là pour vous aider. »
Plume de grenouille et Doigts dans le nez sautèrent en l’air, plus qu’ils ne sursautèrent.
— « Nous, on n’a pas de totems. On n’est pas assez âgés. »
— « Vous en aurez un, dans un instant. Le conseil des aînés a compris votre demande et la trouve justifiée. »
— « La plume? »
— « Non, la quête de la plume dorée ! »

« Voici le totem qui vous est destiné : Pour toi, Doigts dans le nez, la Chouette! Pour toi, Plume de grenouille, le loup! Ce sont deux totems avisés.
Les papooses ne semblaient plus l’écouter, caressant leur totem, ce bout de bois sculpté qu’ils tenaient dans leurs mains.

« Vos animaux-totems vous attendent à l’entrée du village. Vos mères ont préparé vos bagages. Il y a de quoi voyager longtemps. Ainsi que le nécessaire pour revenir avec une plume dorée. Comprenez qu’une plume ou vingt, c’est du pareil au même. Je vous confie Céparici. Il vous guidera sur votre chemin. »
Céparici est un poisson-girouette. Il tourne lentement dans son bocal et indique la porte d’entrée.
« Allez, sauvez-vous! Respectez votre totem, respectez ce qui vous a été confié! »

Chatipre 6 : Les animaux-totems!

Leur sac sur le dos, leur totem à la main, fiers et intimidés à la fois, les deux papooses marchaient vers la rivière. On pouvait voir, de loin, sur un arbre, une chouette et à ses pieds, un loup.

Je passe sur la rencontre. Je ne sais pas du tout comment on doit se comporter devant son totem.
Cela n’a pas l’air compliqué, car après un moment, tous les quatre, ils s’en sont allés. S’éloignant du camp, droit sur la forêt.

Sur l’ordre de Doigts dans le nez, la chouette est partie inspecter le chemin, tout là-haut et tout là-bas, au loin. Le loup a été envoyé chercher un endroit sûr pour camper et trouver des baies fraîches pour le dîner.

Le loup s’appelle Lupus et la chouette Chevêche. Ils n’ont pas de noms indiens. Ce sont leurs noms sacrés.

Chatipre 7 : Que d’aventures, ils vont bien s’amuser!

Je ne vais pas te raconter, pour l’instant, le voyage de tout un été. Je me rends directement aux montagnes, là où vivent les aigles-dorés. C’est une histoire de plumes, cette histoire. Il ne faut pas l’oublier.

Bien sûr, si tu me le demandes, j’écrirai ce qui leur est arrivé.
Il y a l’épisode où ils ont construit un radeau qui s’est très vite retourné. Celui où ils ont traversé la rivière, sur le dos de grosses tortues de terre. Ou encore, celui où ils allèrent à la pêche, ce qui fit bouder Céparici ! Les gamins, c’est connu pour faire des conneries.

Je passe aussi sur le voyage de leur première journée. Ils n’ont fait que marcher. Ce qu’ils feront, des jours et des jours, sans jamais rechigner.

Chatipre 8 : Comment faire?

Ils traversent la forêt, puis la steppe. Ils vont vers les hauteurs, là où les aigles-dorés ont installé leur nid . Les voilà devant les montagnes, belles comme un décor planté!

Ecoutons ce, dont le soir, au coin du feu, ils discutèrent.

Il faudra attirer les aigles loin de l’aire, puis vite grimper. Regarder, dans le nid, ce qu’il y a à récupérer et trouver un moyen d’échapper à la colère des aigles-dorés.

Lupus et Chevêche pensent pouvoir éloigner les aigles. Les deux enfants devront accéder au nid. C’est la fuite qui leur pose un problème. La solution viendra de Céparici.

Chatipre 9 : L’éclaireur a les foies!

Quelle rivière faut-il suivre? Dans quelle vallée entrer? C’est Céparici qui va le leur indiquer. Il partira en éclaireur. Avant de partir en plongée, Céparici dit à nos deux aventuriers: « Coupez-vous deux morceaux, de ces roseaux. C’est utile pour faire de la musique et respirer sous l’eau. » Intéressés, les deux gamins s’exécutèrent.

En fait, Céparici ne va pas traîner. Un retour éperdu vers le bocal! Il essaie de respirer. Surtout, ne pas faire de bulles, pour ne pas se faire repérer. Céparici a la trouille, il ne peut pas le cacher.

« Je ne peux pas regarder en haut. Je ne peux pas voir l’aigle; il est vrai! Mais, je vois très bien vers le bas et j’ai vu son ombre planer au-dessus de moi. J’ai cru qu’il voulait me manger. »

Chatipre 10 : Au-dessous de l’aire!

Nos deux courageux papooses sont au pied de la falaise, collés au rocher. Au-dessous du nid d’aigles. Exactement à l’endroit que Céparici leur a indiqué. Chevêche et Lupus se sont cachés. Ils se tiennent prêts. Chacun sait quel rôle jouer. Ils en ont beaucoup parler. Personne ne voit de raisons d’attendre. Ils vont y aller.

Chatipre 11 : C’est parti!

Lupus nargue l’aigle mâle et lui manque de respect. L’oiseau fond sur le loup qui file vers la steppe, où il sait se rendre invisible ou visible, selon son souhait. Reste l’aigle femelle, c’est à la chouette de jouer. Chevêche attaque l’aigle à la tête, lui donnant de grandes claques avec ses ailes et s’enfuit. L’aigle la poursuit pour se venger. L’aigle vole au dessus des arbres et Chevêche en dessous, protégée. Avec ses grandes ailes, l’aigle ne peut pas passer.

Doigts dans le nez se met à grimper. Plume de grenouille assure la corde qu’ils ont amenée afin que Doigts dans le nez ne puisse pas tomber. Leste, le petit indien est presque arrivé au nid, quand Chevêche le rejoint et se pose sur l’aire.
Elle voit trois oeufs, trois plumes. Une plume chacun, ça va. Elle comprend que la troisième plume va être difficile à partager. Alors, elle la cache.
Doigts dans le nez tâte l’aire, au dessus, de sa main droite. Il laisse les oeufs, prend les deux plumes et redescend sans traîner. Les deux aigles reviennent. Il faut vite se sauver.

Revenus au nid, les aigles comprennent l’outrage et repartent à l’attaque. Loup et chouette s’ensauvent, chacun de leur côté. Ils savent se débrouiller. Ils n’ont pas grand chose à craindre. Les enfants sautent dans la rivière. Ils nagent sous l’eau en respirant avec les bouts de roseau. Bonne idée! Les aigles-dorés ont leurs oeufs à protéger. Abandonnant la querelle, ils décident de se rentrer. L’affaire s’arrêtera là. Les aigles ne sont pas rancuniers.

Chatipre 12 : Rentrés au village!

Les deux gamins pensent à l’été prochain et à toutes les plumes qu’ils pourront récupérer, s’ils se montrent malins. Ils complotent déjà, dans les coins.
L’ Aîné, amusé, leur dira que les plumes, c’est pour la décoration. Et que c’est par leur respect et leur attention à leur totem, qu’ils se feront une réputation.
A regarder le loup, la chouette qui ne quittent pas les enfants, on peut être rassurés. Ces quatre-là ne vont plus se séparer!

L’ Aîné rit sous cape, quand la maman de Plume de grenouille lui demande s’il a vu les deux garnements. Ils sont partis à l’étang, construire un toboggan. Mais ils ne vont jamais arrêter!

Ils s’appelaient : Plume de grenouille, Doigts dans le nez, Lupus et Chevêche. Il y avait aussi, le petit Céparici !

Dis-moi, quel serait ton totem? Moi, je prendrais le serpent, un des deux plus puissants. Pas le bison, il laisse trop de crottes dans les champs! Et toi?

Nathanaël

Ces albums seront mon legs vers toi. Pour l’enfant que tu es et l’homme que tu deviendras !
Tu es mon petit-fils. Tu es l’enfant de mon fils. Je te donne, comme je peux, tout de moi.


Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *