L’oraison des saisons!

Dans le froid de décembre,
Sous un ciel rabougri,
A trop fixer la cendre,
Notre oeil se rétrécit!

On enterre novembre,
Août et tous ses amis!
C’est bien comme descendre
Tout seul, au fond d’un puits.

C’est la nouvelle année
Qui doit nous réveiller.
Le printemps s’est barré.
Il court après l’été!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *