Pour écrire…



Pour écrire tout ce que je vois devant,
Et pour dire tout ce que j’ai en dedans,


Me faut le papier des arbres de la Terre,
Me faut les plumes de tous les oiseaux chantants.

Mais, pour l’encre, je suis excédentaire.
Il en a coulé, des ruisseaux de sang!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *