Lettre aux parents, là-bas!


Bonjour, Maman, Papa!

J’espère que vous allez bien. Maman, tes dents, ça va?

Je repars au travail, demain. Je vais à Carcassonne, cette fois. Un chantier de trois semaines, mais je rentre le week-end. Un peu dur de quitter Lisa et les enfants, mais c’est comme ça. Pour le petit Benoît, c’est long. On s’appellera tous les soirs, après les devoirs, lui et moi.
C’est toi, Papa, qui m’as donné ce vice. C’est mon truc, désormais. Comme tu dis souvent, on ne se refait pas.

Je viendrai vous voir, dimanche. Lisa va s’occuper de ça. Elle appelle l’Ehpad, demain matin. Elle viendra vous voir, avec Corentin, dans la semaine. Le petit n’aime pas les masques et les blouses qu’il a vus, la dernière fois. C’est sa grand-mère maternelle qui le gardera. On triche un peu, on n’a pas le choix. Vous nous manquez terriblement, vous aussi.

Pour le retour en classe du 11 mai, je vous le dis, comme ça, vous cesserez de harceler Lisa : on est décidés. Lisa et moi, c’est bloc-béton. Les enfants n’iront pas! Vous voilà rassurés?

Cet après-midi, nous sommes allés regarder couler la rivière, juste derrière la maison, près du bois où Papa avait trouvé tous ces cèpes. On a vu quelque chose de beau. C’était une première fois, vous auriez du voir ça! Une couleuvre est passée à raz de Benoît. Il a sursauté un peu, pas plus que ça. La couleuvre s’est glissée dans l’eau et a plongé. Elle s’est enfilée dans un tas de branches,sur le fond boueux et a guetté, comme un bâton, vertical et tout droit. Elle est restée en apnée, longtemps. Les garçons ont gardé leur souffle pour la concurrencer. On commençait à l’oublier et voilà que j’entends un clapotis. Je regarde. la couleuvre, un poisson dans la gueule, essayait de remonter la pente. Elle n’y arrivait pas. Elle en a échappé le poisson et a replongé, aussi sec. C’était vraiment quelque chose de chouette. On l’a vu, tous les quatre.

Je vous laisse, je dois préparer mes affaires. Je vous ramènerai quelque chose de Carcassonne.

Je vous embrasse fort et je vous dis : A dimanche.
Je vous aime!


Votre fils.

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *