Dans la cuisine du pervers!

Tu rôdes dans ta cuisine,
Te polis le chinois.
La chair de la gamine
Te semble un met de choix.

Tu roules dans la farine
De tes petites combines.
Tu veux bien la fourrer
Et puis la cuisiner.

Tu ne vois pas ton crime.
Tu te crois à la cime.
Et, en bon maître-queue,
Tu la dévores des yeux!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *