Sur le vent!

Garnement, un jour, j’ai attrapé une pensée qui passait.
Elle s’est vite insérée dans mon esprit pressé.
Elle a rongé mes entraves et s’est transformée en rêve-éveillé.
J’étais à l’âge où l’enfant vit dans le vent et n’écoute plus les grands.

Elle disait : « Tu le sais, toi, que tu peux voler! »

Je me suis exercé, en rêve, pendant tout un été.
Un soir, j’ai osé et je me suis lancé, du haut d’un clocher.
Je suis arrivé à planer et j’ai atterri sur le toit de la mairie.
J’étais vachement excité. Je vole enfin. Silence, surtout!
J’ai continué à m’exercer, très sérieux à l’entraînement.
Le vol, ça se passait pas mal. Au décollage, il ne fallait pas se rater!
C’était tellement vrai! Alors, un jour, j’ai tenté de voler dans la réalité.
Cela a marché un court instant et puis la gravité s’est manifestée.

Comment je procédais?
Dans une pente, face au vent, je cours un peu, pour l’élan.
Je ressens le vent. J’écarte les bras et appuie mes mains sur lui.
Je fais un bond léger et je me mets à décoller. Pas loin, au début.
Puis, de plus en plus! Je plane un peu comme un écureuil-volant.
Sauf que ce sont mes mains et mes pieds qui me portent.
Des fois, le vent est un mur et j’ai l’air d’un cerf-volant.
Des fois, je peux m’appuyer franchement et je vais de l’avant.

Depuis le temps, je me suis perfectionné.
Je plane encore un peu, de temps en temps.
Pour m’amuser ou parce que le vent m’a appelé.
Je passe au-dessus du village, cherchant où me poser.
Je regarde, d’en haut, la vie d’en bas. Je reste un moment.
Parfois, il y a quelqu’un qui est là, qui vole comme moi.
Puis, je repars chercher ce que je suis venu trouver.

Je suis peut-être un peu bête, mais encore maintenant!
Encore maintenant, je sens que je peux le faire en vrai.
Je suis particulièrement tenté, les soirs de grand vent!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *