Retranchés!

Il était assis dans la flaque, une jambe repliée.
Trempé, le dos et le crâne collés à la paroi.
Il tenait son fusil serré contre lui, en bouclier.

Sa bouche est restée fermée et ses yeux effarés.
Alors, son grand cri de peur ne s’est pas échappé.

Il était jeune, très jeune. Il était en apnée!

La trace laissée par la balle, sur son casque,
Brillait, contrastant avec sa pâleur griffée.
Son casque, il l’avait remis immédiatement.

Regarde-moi, regarde-moi!
Ce que tu dois faire, c’est respirer.
Respire, respire doucement!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *