C’est jamais toi!



Je te vois arriver,
C’est un jour comme un autre.
Bientôt, tu vas crier
Que c’est encore ma faute.

Arrête de couiner
Et reconnais tes fautes.
Ce n’est pas cet objet.
Ce ne sont pas les autres!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *