Si tu le détestes vraiment!

J’ai lu récemment dans un bouquin que,
Quand on déteste un de ses prochains,
Il n’y a rien de plus sain que de lui souhaiter de :
« Mourir, lentement, d’un cancer des testicules! »
C’est vrai que c’est pas mal!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *