Hominus-éradicus!


Tes yeux embrument le message
Que la vie veut te donner.
Tes ouïes en font davantage,
Tu ne veux rien écouter.

Tes mains emballent les dommages,
Dans un beau papier glacé.
Tes pieds empestent le carnage
Et cherchent à tout piétiner.

Tes dents enferment ton ramage,
Ton chant s’est ratatiné.
Si tu t’embaumes, à ton âge,
Tu vas, tous, nous condamner!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.