Dîtes-moi, mon brave!

Je me souviens d’un gars, il était une fois.
Il faisait se balader sa belle auto-brimée,
Son fourreau à pets, couleur de pancarte.

Il allait d’un rond-point à l’autre, demi-tour.
S’il faut le dire sur du velours, moi, je dirais
Qu’il faisait « vroum-vroum, pouet-pouet »,
Tel un petit coq de basse-cour, à l’air bête.

Il s’arrête, en pilant. Ça y est, c’est pour moi!
Me demande, comme à un crétin de manant,
De bien vouloir lui indiquer l’autre rond-point.
Me faire accroire que c’était pas pour frimer!

Je lui indique le champ de vaches, sur la droite.
Il réitère sa demande, voilà le champ à gauche.

Il commence à comprendre, alors moi, j’insiste.
Quand, enfin, je lui montre le ciel, il se démarre!

Il s’attendait à quoi, en s’adressant à un crétin!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.