Vivement le printemps!


La nature vire au printemps
Et moi, je traîne en arrière.
J’avance encore nuitamment,
Je me méfie des chimères.

Louche, cet air revigorant
N’allume pas la lumière.
Et ce vieux plancher-chauffant,
Lui, n’est pas d’un chaud d’enfer!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.