A genoux, dans le prétoire!


Dans la fosse, avec son bavard,
Tant sensé le protéger,
J’entends tonner des voix bizarres
Et je vois les murs trembler.

A genoux, au cœur du prétoire,
Je cris, d’un cœur éploré,
Il a bien fait et c’est notoire.
Pourquoi donc le faire céder?

Et dans la foule, c’est le bazar.
On demande le temps qu’il fait.
Pourquoi ce serait les busards
Qui jugent l’homme bien-fait?

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.