Ôde aux poisseux!


Hôtel-débarras complet,
Des dimanches en cercueil.
Et si la poisse s’y met,
Tu auras bien des deuils.

Les coups du coupe-jarret
Te rendent mille-feuilles.
Et dans la poisse, tu y es!
Vois-y un doigt dans l’œil.

Rien ne sera beau et vrai
Sera ton dernier deuil.
Pense un peu à ton après
Et sans tourner de l’œil.

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *