On compte jusqu’à trois!


On envie, on s’aigrit,
On étale le blême.
Que voici, sur son lit,
La vie et ses bohèmes!

On compte jusqu’à trois,
Le jour s’est effacé.
Si on ne vit pas là,
A quoi bon exister?

On expie, on renie,
On a bien des problèmes.
Que voici, sur son lit,
La vie et ses bohèmes!

Il était une fois,
On vit dans le passé.
On compte jusqu’à trois,
Notre tour est gâté.

On s’ennuie, on s’essuie.
Bientôt Mathusalem.
Que voici, sur son lit,
La vie et ses bohèmes!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.