Boire un café, lire la une!


Je me souviens du feu de camp et de ce clair de lune.
Je me souviens du vent qui peinait à supporter la brume.
Je me souviens du fanal et de son odeur posthume.
Je reviens, de temps en temps, boire un café, lire la une!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.