Pensées profondes, n°15!


On ne dit plus : ça, c’est pour ma gueule.
On dit : ça va arriver sur ma tête.
Alors, on voit que l’on s’est habitué.

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.