Moi, ça me parle!

Il y a des soirs où je voudrais me débrancher, m’éteindre.
Il y a des soirs où je voudrais me rebrancher, m’astreindre.

Absence au lieu de Présence,
Intermittence, à tout séquencer!

Absence en terme de Présence.
Un vide comme nécessité?
De ce côté, moi, je penche!

Il y a des soirs où je voudrais m’aimer, m’étreindre.
Il y a des soirs où je voudrais m’absoudre, me feindre.

Pensées ne sont que simagrées.
Cohérence mieux qu’Honnêteté.
Silence devient Cohérence.
Absence devient Présence.
L’improbable est né!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *