Les deux petits indiens et les totems 2!

La Quête des Plumes Dorées! ( Annexes )

Chatipre 1 : Napito, le Coyote!

Napito, le coyote, s’infiltre dans leur camp, à la faveur de la nuit. Il cherche des restes pour nourrir sa portée. Avec tous ses enfants, il est bien occupé.
Il sait être discret, il en est même primé.

Mais, à risquer l’oeil de la chouette et l’oreille du loup, personne ne s’aventurerait!
Il n’est pas très malin, à peut-être en être aussi primé.

Napito est-il vraiment bête?
Il nous le dira dans un moment, quand il pourra parler.
Pour l’instant il a d’autres chats à fouetter!
A terre en un instant, Lupus l’écrasant sous son poids, il n’en mène pas large.
Mais quand il voit Chevêche se poser, l’oeil sévère, sur l’épaule de son maître, il perd toute assurance et devient sincérité.

Laissez-moi être un de vos totems, participer. J’apprendrai beaucoup. Je ne veux pas rester un crétin pour l’éternité!
Je sais me faufiler et ça compte beaucoup, quand on doit être discret et se débrouiller.

Sans totem, le lien est impossible. Disons que c’est un essai, avant de signer! Ton premier travail sera de chaparder, de nous trouver des choses intéressantes à manger.

C’est la chouette qui lui répond. Liée avec la tribu depuis une éternité, elle est un des totems-aînés. Avec ses yeux magnifiques, faits pour voir la nuit, elle est adorée des indiens du pays.

Quand on lui donnait des enfants à charge, elle savait assumer. Les deux papooses avaient intérêt à partager avec des êtres différents. Elle devait s’en assurer. Qu’ils puissent tisser des liens avec ce qui existe et se montre avisé.

J’ai compris, à l’écouter, qu’il n’était pas si benêt. C’est ce que Chevêche répondra à Doigts dans le nez, quand il l’interrogera sur son choix.

Chatipre 2 : A la Pêche!

Pour pêcher à cette époque, voilà comment on procédait :

Dans ces rivières peu profondes, il y avait beaucoup de gros poissons. On dit que les rivières étaient poissonneuses. Plus de nos jours, désolé!

On cherche un endroit où l’eau se resserre, un goulet. S’il n’y en a pas tout près, on en fabrique un, avec de grosses pierres. On attend, immobile, avec un gros bâton, qu’un poisson daigne passer.

Céparici reste au camp. Le poisson-girouette préfère faire la tête. On le comprend.
Les gros poissons s’appellent des saumons.

Avec les baies qu’ils ramassent, les fruits secs, les galettes et la viande séchée qu’ils ont apportés, ils vont bien manger.
Le soir, ils regardent les étoiles, en espérant que Chevêche ait une histoire à leur raconter.
Songeuse, elle leur conseillera de ne pas taper de leur bâton, sur un très-très gros saumon, s’ils en rencontrent un. Par ici, vit le roi des saumons. Et comme toute majesté, il ne faut pas le froisser.
Il pourrait demander qu’on vous étrille, pour vous apprendre le respect.

Eh, les petits gars, la rivière! Comment allez-vous la traverser? Ici, elle coule trop vite et plus haut, elle est lente et très profonde. Il faudrait commencer à y penser. Seule Chevêche m’écoute. De toute façon, ils vont se planter. Moi, je le sais; c’est moi qui tape sur le clavier.

Chatipre 3 : De nouveaux alliés!

Sur leur route, les deux petits indiens et leurs totems ont rencontré un raton-laveur, un âne et une tortue, des aspirants-totems comme Napito, le coyote. Ils feront ensemble un bout de chemin!

Lotor est un raton-laveur. Il lave ses aliments et sait bien cuisiner. Il peigne ses poils en arrière, pour ne pas ressembler à un balai. Il aimerait bien qu’on l’appelle Rocky, mais personne ne le fait.
Il est adroit et propre. C’est le seul qui ait vraiment des mains. Il fait aussi le guérisseur, auprès des totems voisins, car il connaît bien les plantes.
Le petit groupe l’a rencontré alors qu’il faisait sa vaisselle. Lotor s’est, tout de suite, intégré.

L’âne, Onagre est une demoiselle, courageuse, endurante et surtout butée.
Quand le petit groupe la rencontra, elle était occupée à donner des coups de tête à un arbre qui l’empêchait d’avancer.
Je vous accompagne jusqu’à la rivière et, à la rivière, je m’arrête.
Les ânes, c’est connu, n’aiment pas l’eau, même pas dans le café!
Les ânes marchent à pas posés. ils ne courent pas comme les chevaux. Ce ne sont plus des enfants.
Chargez mon dos de vos affaires. Vous voyagerez, plus légers!

Et voici Véloce, la grande tortue de terre. Elle s’exerce à courir, toute la sainte journée.
Elle est tellement absorbée par son entraînement, qu’elle n’a pas vu sa tribu s’éloigner.
Je vais aussi à la rivière. Les miens ont traversé. Voyageons ensemble. Ce sera plus amusant!

Chatipre 4 : Le radeau!

Ils ont réfléchi au moyen de traverser la rivière et discuté une bonne partie de la nuit. Voici, sans commentaires, comment ils s’y sont pris :


Tôt, ce matin, Napito s’est attelé à creuser un trou en forme de creux, pour y assembler leur vaisseau, dans le sable, tout près de la rivière. C’est un champion pour ça. Quand enfin réveillés, Lupus et Lotor viennent pour l’aider, il ne reste plus grand chose à faire, tant il s’est empressé.

Les enfants et les animaux y apportent les roseaux dont l’esquif sera fait. Onagre, âne porteur et jamais assoiffé, assure le transport, portant à lui tout seul, d’énormes quantités. Les enfants et Lotor assemblent, de leurs mains, les grands tubes de roseau que Lupus et Napito, avec leurs dents, ont taillé.

Ils suivent les conseils de Chevêche qui sait construire un nid. Malheur, ils ne dotent pas le radeau d’une quille, car il ne savent pas ce que c’est. Moi, je me dis que la traversée ne va pas forcément bien se passer.
Tous à bord! Plume de grenouille, Doigts dans le nez, Lupus et Chevêche tentent la traversée. Napito monte à bord. Il a à faire de l’autre côté.

Onagre et Lotor, restés à quai, font de grands signes d’au-revoir à leurs amis , puis partent chacun de leur côté.

Chatipre 5 : Les petits naufragés!

Le radeau se retourne à l’instant où ils atteignent le milieu de la rivière. Cela va très vite, même l’oiseau n’a pas le temps de se sauver.
Ils regrimpent tous, comme ils peuvent, trempés, à bord du radeau retourné.

Mais ce n’est pas terminé. Le courant les entraîne vers les rapides, en aval. Oh-làlà, ça va mal se terminer. Quel est ce gros rocher, sur lequel l’esquif pourrait se briser. Il n’était pas là avant et voilà qu’il se met à bouger. Enorme, des écailles et des nageoires dorées, il lutte contre le courant et cherche à les rapprocher du bord. Il pousse de toutes ses forces. Il est venu pour les aider. C’est le roi des saumons, totem lui aussi. Il met le paquet. Il les rapproche du bord. Mais bientôt son ventre touche le fond, il ne peut plus avancer. A lui seul, il ne suffira pas. Alors il les retient. Il ne veut pas les lâcher.

Chevêche prend son envol, pioche l’air de toutes ses forces. Ses ailes totalement étirées, elle file chercher du secours et crie comme une désespérée. Tous les animaux-totems d’alentour l’entendent, font demi-tour et foncent, sans penser à respirer.

Véloce est peut-être la plus lente, mais c’est la plus acharnée. Telle un bulldozer, elle va tout droit et arrache tout sur son passage. Rien ne peut l’arrêter. Elle rame, de ses pattes avant et de ses pattes arrières, soulevant un nuage de poussière que l’on voit du fond de la vallée. Elle arrive bien à la rivière, mais elle est du mauvais côté!

Heureusement Onagre et Lotor ne se sont pas trop éloignés. L’âne court, cette fois, aussi vite qu’un cheval, et est bientôt arrivé. Il entre dans l’eau jusqu’au poitrail, mord dans le roseau du bateau et tire, à s’en déboîter tous les os. Lotor, le raton-laveur, se précipite, lui aussi. Il tire sur la queue de l’âne qui oublie de se vexer. Le roi, Onagre et Lotor, à eux trois, ramènent le bateau à bon port. Ouf, on a eu chaud!

Chatipre 6 : Le Combat!

Quelques jours plus tard, sur un radeau mieux adapté, ils retentent la traversée. Ils abordent la rive-est. De l’autre côté, Lotor et Onagre les encouragent de la voix!
Tout finit toujours bien, dans le monde des indiens? Non, pas toujours. Et pas aujourd’hui!

Sur la rive-est, deux cougars-géants, avec leurs grandes dents, lorgnent sur ce panier qui flotte, si plein de bonnes choses à manger. Pour eux, c’est Noël!

Lupus hurle pour rameuter ses frères, tous les loups du quartier. Il les rejoint sur la berge et commence à harceler les cougars, en essayant de les mordiller. Chevêche s’est déjà envolée. La chouette, futée, file chercher les aigles qui, eux aussi totems, décollent comme des fusées.

Véloce est aussi de la fête. Du bon côté, cette fois, elle rentre dans le tas. Son armure la protège et, de son bec, elle fait de belles entailles aux grands chats. Ces derniers ont bien du mal à se défaire de tous ces adversaires qui les attaquent de tous les côtés, en même temps.
Tout coyote peureux qu’il est, Napito s’est fait chien fidèle, montrant les dents et protégeant les enfants.

Voilà, enfin, les aigles-dorés et leur grande ombre sur les champs. Ma foi, il était temps!
Leurs cris sont funestes pour ceux à qui ils s’adressent. Les cougars s’enfuient sans demander leur reste, poursuivis par les loups qui vont éloigner, très très loin, le danger.

Quel est donc ce nuage de poussière, à l’est? Ce n’est pas Véloce. Elle est ici.
Voilà sa tribu qui se déroute pour venir les assister.
Les grandes tortues de terre vont prendre, ici, leurs quartiers. Elles attendront les enfants pour leur permettre, à leur retour, de retraverser. C’est à ce moment-là, qu’elles s’aligneront comme de grands piliers de pont, pour que les enfants puissent traverser à sec et rentrer à la maison.

Chatipre 7 : Le discours du serpent!

De son grelot à crécelles, un jour, les appela le Serpent-Loi, celui qui, entre tous les totems, personnifie la sagesse, ses grosses lunettes sur son nez.
Les yeux dans les yeux des papooses, confiants et étonnés, il expliqua que :
Quand une nouvelle quête est lancée, tous les totems sont avertis et concernés.

Et moi, maintenant, seulement, je comprends pourquoi les parents des deux enfants n’avaient pas l’air inquiets, un instant!

Le serpent continue : Quel beau lien entre les vôtres et les miens! Votre quête nous a tous réunis.
Jeunes enfants avertis et intelligents, je vous vois. Les jeunes élèves, convaincus et ouverts que vous êtes, vont être adorés par tous les totems-maîtres!

Ainsi parlent ces êtres avisés, que la chouette nous a contés.

Chatipre Fin : Bravo à nos artistes!

Ils s’appelaient : Plume de grenouille, Doigts dans le nez, Lupus et Chevêche. Il y avait aussi, le petit Céparici ! Et cette fois-ci, il y avait : Onagre, Lotor, Véloce et Napito. Et puis qui? Et puis le roi des saumons, majesté-totem investie! On a pu voir le Serpent et lAigle. Et le Cougar aussi!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *