Un matin chagrin!

Le monde est bien chagrin.
Il a tout de l’ébauche.
Levé de son pied gauche,
Il enterre le matin!

Le soleil tend ses bras, comme il peut.
Il peine à répandre sa lumière.
Elle frissonne, comme une étrangère,
Dans le vilain gris-froid des cieux!

Les oiseaux, bien mal réveillés, tardent à s’envoler.
L’herbe, fatiguée, met du temps à se redresser.
La fleur et l’ouvrier ont du mal à s’orienter.
Je baille, je vacille et je cours vite me recoucher.

Seul, le chant de la cafetière saura me faire lever!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *