De l’éphémère!

C’est quoi cet air qui passe sous ma porte?
Quel est ce vent qui remplit ma cour
Avec des antiennes, des feuilles mortes?
Le chant-sirène des vieilles amours!

Présent-poème, la vie nous exhorte.
Pourquoi faire rimer avec toujours?
Mes vieux « je t’aime », la nuit les emporte,
Laissant place à de nouvelles amours!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *