Où tes pas t’ont-ils porté?

Où tes pas t’ont-ils porté?
Peut-on dire que la girouette a trouvé sa boussole?

Toutes ces expériences étaient nécessaires.
Maintenant, je peux parler du chemin.
Il est beaucoup moins indistinct.
Je le vois comme une aiguille de boussole dont je serais le centre.
Devant, mon lointain futur. Derrière, mon lointain passé!


Je ne vais pas vers l’avant, en venant de l’arrière.
Je suis le chemin. Il est moi, je suis sien.
Je suis le chemin, hier, maintenant, demain.
Ce n’est pas une histoire de compréhension.
Mais, plutôt, d’accord et d’acceptation!

On ne vit qu’au présent, tout le temps.

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *