A la croisée des chemins!

— Je l’ai vu, je l’ai vu. Ecoute-moi! Je l’ai vu. Il était encore là!
— Je t’écoute. Tu l’as vu. De quoi parles-tu? Qui ça?
— Celui de la dernière fois. Il était à la croisée des chemins.
Je l’ai vu. Il me regardait!
— Tu es sûr? Qu’est-ce qu’il faisait? Il ressemblait à quoi?
— Il ressemblait à un type, tout grand et tout maigre.
Il ne faisait rien, il regardait vers moi!
— Je te crois. Viens, on va aller voir. Donne-moi ta main!
— Il était là. Il m’a regardé de loin et puis il est parti!

On a marché, sous le ciel violacé. Les sapins tremblaient.
On s’est arrêté à la croisée des chemins. Il n’y avait rien!

Peu de temps après, nous avons décidé de déménager.
J’ai prétexté vouloir nous installer plus près de sa mère.
Il ne s’est plus rien passé, le type ne s’est pas manifesté.
Le gamin est serein. Il dort bien et il voit plus ses copains.

Un jour, quand il sera plus grand, je parlerai à mon gamin.
A son âge, je l’ai vu, ce grand type maigre qui l’observait.
Mais, personne ne me croyait. Il restait là, à me regarder!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *