Qui sème le vent…

Tu joues ta dernière scène.
Tu cours pour sauver ta peau.
T’iras pas loin, sur la plaine.
Ils sont, déjà, sur ton dos!

Comme un fétu de paille,
Emporté par les eaux,
Tu supplies et tu brailles,
Dans un réflexe idiot.

Tu les a tant dominés
Et si longtemps humiliés!
Un jour, ils se sont fâchés
Et t’ont déboulonné!

Ta partie est finie,
L’arbitre va siffler.
D’autres ont déjà envie,
Eux, de te remplacer!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *