Soit dit en passant!


Moi, je plains mes semblables.
Ils sont trop compliqués
Et ils montrent les dents,
A tout sourire affable.

Moi, je crains mes semblables
Car ils me font flipper,
En passant tout leur temps
A lustrer leur cartable.

Moi, je tiens mes semblables
Pour faible quantité,
Quand ils mentent en dedans
Et dégueulent sur la table.

Moi, je peins mes semblables,
Quand ils sont en beauté,
Quand ils changent leurs dents
En sourire formidable!

Moi, je fuis mes semblables,
Pour aller m’exporter
En plein milieu des champs,
Seul bien-être valable!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.