Lettre à un demeuré!


Oh, viens-t’en, toi,
Le demeuré.
Que je te vois,
Miroir cassé!

De son beau nuage blanc,
L’ange tombe à terre, en criant.
La vérité des enfers
Le laisse sur son derrière.

Sur son beau cheval blanc,
L’ange tergiverse, en tremblant.
Si je cours à raz de terre,
Je serais près des enfers.

Sous ses longs cheveux tout blanc,
Le front de l’ange est souciant.
Mais qu’est-ce que va dire le père,
Si je ne défends pas ma mère?

Oh, tais-toi, toi,
Le demeuré.
Éteins ta voix,
Vise à côté!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *