C’est un dégoût de vivre!


C’est un dégoût de vivre,
Une angoisse prolétaire.
De quoi laisser son livre
Et se mettre à l’éther.

C’est un dégoût de vivre,
Dans des temps ordinaires.
Se renaître et poursuivre,
Dans un monde de chimères!

Ah, se retrouver libre
Et rester sans affaires!
Re-parapher le livre,
Ce besoin populaire!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.