Quand la nuit se dépose!


Dans la gorge une dose
D’un trop brûlant whisky,
Je revis, je suppose,
Quand se dépose la nuit.

La main posée en pause,
Je prends un raccourci.
Je rêve à une prose
Un peu moins appauvrie.

Je reprends une dose,
Quand je suis à merci,
Car l’enfer de la chose
Me change en tragédie!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.