En bon bouc-émissaire!


On dit le coupable victime, on change la victime en coupable.
Le tour est joué. Ce n’est pas envisageable et c’est bien arrivé.
D’abord, on voit ça de loin. Soudain, ça tombe là, juste à côté.
Alors, c’est bien arrivé, on a changé de victime et de coupable…

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.