Mon âme est grande, mon âme est pure…

Mon âme est grande. Mon âme est pure…

Deux heures de file d’attente, magasin bondé. Tout dans le coffre. Corona est, peut-être, assis là, sur le siège-passager.
Je ne le vois pas, ce fumier! N’empêche, je peux respirer.

Je roule, le rond-point, un embouteillage. M’enfin!
Le vieux Roger est en rade, dans son tacot, sur la chaussée.
Qui par le trottoir, qui par le bas-côté, on le double, sans s’arrêter.
Personne ne l’aide, je suis une femme, font chier!

C’est mon tour. Je sors pousser sa caisse. Désolée, derrière!
Je m’arrête. C’est moi qu’on klaxonne, désormais.
Venez, quoi! Venez m’aider. Un qui s’y jette et ausculte :
C’est une boite automatique, madame. C’est grillé!
Je laisse, là, mon pépé Roger. Il s’en sortira.
En route pour de nouvelles aventures. Je recale mon galure!

Mon âme est grande. Mon âme est pure…

L.

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *