Il avançait prudemment!


Il marchait dans un champ d’herbe-flammèche.
L’herbe cherche à s’accrocher à son poil barbelé.
Le champ est jonché d’étranges corps momifiés.
Avec le temps, on a compris comment le traverser.
Il avançait prudemment, s’appuyant sur ses pieds.
Des filets de sueur coulent dans ses poils dressés.
Il allait traverser les landes, il était presque arrivé.
Et déjà, l’odeur de la terre commence à lui parler!

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.